[Lundi 1er Septembre] Semaine décisive

Beaucoup de monde en ce beau dimanche après-midi au Testet. Les gendarmes étaient au repos on dirait. Nous nous attendons à une grande opération militaire à notre encontre les jours qui viennent, sans doute dès demain : expulsion, début des travaux, etc…

Nous serons tous sur le terrain mais on essaiera de relayer les actus au mieux.

Pour ceux qui sont loin : vous pouvez faire pas mal de choses, surtout en utilisant ordis ou téléphone. Voici une liste de politiques/entreprises à qui profite le crime et que vous pouvez joindre par mail ou téléphone pour exprimer votre colère :

– Tout d’abord les Conseillers Généraux du Tarn à commencer par leur président Thierry Carcenac : thierry.carcenac@tarn.fr. Pour écrire à votre conseiller, prénom.nom@tarn.fr. Si vous n’êtes pas du coin, vous pouvez insister sur André Cabot (andre.cabot@tarn.fr) et Maryline LHERM (maryline.lherm@tarn.fr). Ou encore téléphoner au Conseil Général !

Au Conseil Général, la direction de l’eau et de l’environnement  est au 05 63 48 68 42 et quant à notre pôte Stéphane Mathieu, responsable du Service Eau et en charge du dossier, on peut lui écrire à stephane.mathieu@tarn.fr
La boîte qui déboise, c’est l’entreprise SEBSO à St Gaudens. Vous pouvez appeller notamment les responsables intervenants dans le 81 (Tarn), 31 (Haute Garonne) et 82 (Tarn et Garonne).

Un de leur sous-traitant est connu, on se renseigne pour les autres : Claude Aversenc à Peyrole.

Bien sûr n’oublions pas la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne et l’Agence de l’Eau Adour Garonne qui ont toutes deux des bureaux sur Toulouse par exemple.

Voilà, faites chauffer les standards, à défaut de venir sur le terrain !

 

[Dimanche 31 Août] Pour venir

Pour la journée de demain, n’hésitez pas à appeler Info Zad au 0789 666 434 pour avoir des infos sur les routes bloquées et nous indiquer le lieu d’éventuels contrôles de gendarmerie. Le plus facile reste de se garer à proximité et de venir par les chemins.

Pour cela : le lien vers notre page listant les accès possibles. Celle du collectif Testet, qui, il faut bien l’avouer est un peu mieux foutue (avec notamment les chemins et les parkings poids lourds le long de la D999).

Et les dernières nouvelles concernant le rassemblement organisé par le Collectif Testet !

A demain ! Prévoyez de rester, on compte sur vous !

[Samedi 30 Août] Communiqué

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles

Lisle-sur-Tarn, 30 août 2014

Arrêtés martiaux du CG : la loi passée de force n’est pas forte

Hier, une simple page internet annonce que le Conseil Général du Tarn instaure une espèce de loi martiale sur la forêt de Sivens (voir capture d’écran ci-dessous). Il déclare interdire à quiconque de fréquenter cette forêt, comme un tyran s’énerve et envoie ses armées parce qu’on ne lui laisse pas assouvir ses caprices, ici, un barrage passéiste (pour l’irrigation !), onéreux et particulièrement dévastateur. Thierry Carcenac se rapproche plus de Napoléon Bonaparte que de Jaurès.

Avant-hier, la Préfecture du Tarn déclarait que « la force doit rester à la loi ». On rigole !

D’abord, l’avis d’enquête publique a été défavorable à la Préfecture puisqu’il était subordonnée à l’avis favorable des spécialistes de l’environnement et que ces derniers ont tous unanimement et catégoriquement refusé la destruction de la Zone Humide du Testet avec ses prétendues mesures de « compensation » ; la Préfecture peut jacasser : elle a imposé par la force ses arrêtés d’intérêt public et d’intérêt général (*).

Ensuite, le juge Bruno Bachoffer, au Tribunal Administratif de Toulouse, qui a débouté le Collectif Testet contre ces arrêtés passés en force, n’a même pas pris la peine de motiver sa décision, trichant ainsi avec le code de déontologie des magistrats et les principes républicains (**). La Préfecture peut faire pétarader sa « justice » : ce qui n’est pas motivé, expliqué, n’est que tyrannie arbitraire et illégitime.

C’est pour ces raisons que nous déclarons que la loi passée de force n’est pas forte. L’occupation militaire et les arrêtés liberticides n’ont aucune légitimité devant le peuple, devant les contribuables qui sont censés payer 20 % du barrage, devant les usagers de l’eau du bassin Adour-Garonne qui sont censés payer 50 % du barrage. Quelque chose est brisé ; cela ne fonctionne pas !

C’est pourquoi nous appelons la population à :

Houspiller les promoteurs-décideurs-bénéficiaires : Mafieux !

Inscrire cette phrase sur tous les murs des villes : « La loi passée en force n’est pas forte »

et venir ce week-end à la maison de la forêt en voiture !

NON AU BARRAGE DE SIVENS

sivens arretes

 

(*) voir l’historique par le Collectif Testet (http://www.collectif-testet.org/198+pourquoi-nous-refusons-ce-projet.html) et voir la lettre d’un opposant à la Préfète .

(**) Voir « La Justice sous tutelle de l’exécutif » page 5 de la brochure « Barrons la route au barrage de Sivens et sauvons le Testet de la noyade », janvier 2014, 16 pages (https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/01/2014-01-07_brochure-testet.pdf)

Info ZAD 0789 666 434

[Samedi 30 et Dimanche 31 Août] Pique-nique, cirque et assemblée

Le collectif Tant qu’il y aura des Bouilles appelle les citoyens tarnais outrés par les récents arrêtes liberticides du Conseil Général à venir en masse se promener en forêt de Sivens ce week end !

Beacoup de choses prévues le dimanche 31 :

À partir de 12h : pique-nique et après-midi champêtre dans la vallée du Testet, à la veille du début programmé du chantier de déboisement (1er septembre). Venez nombreux et nombreuses, avec vos enfants : un atelier cirque sera proposé en bordure de forêt (jonglage, trapèze, slack, monocycle…)
Apportez de quoi manger et du matériel pour soutenir les militant.e.s sur place qui occupent la zone pour résister à la construction du barrage et font actuellement face à la violence policière (à consulter : liste des besoins).

À partir de 17h : assemblée générale hebdomadaire ouverte à toutes et tous à la Maison de la Forêt

Le collectif Testet appelle quant à lui  à un rassemblement de soutien aux grévistes de la faim, à partir de 15h sur un terrain privé. Bivouac possible sur place pour être sur site lundi matin.

 

 

[Vendredi 29 Août] Bilan de la journée

Journée calme sur le site.

Les trois copains en garde à vue ont été relaxés suite à leur comparution. On est content pour eux et leur famille. Plus d’infos sur le jugement lorsqu’on l’aura lu en détails…

Beaucoup de relais média / auto-média:

-sur le site zad.nadir.org : ici et un reportage sur les évènements du 25-26 .

-en espagnol sur le blog espoir chiapas

-double page dans Libération aujourd’hui

-la Dépèche à propos de la manif avec la Confédération paysanne hier

sur le site des copains du collectif Testet, au taquet malgré la grêve de la faim

La colère monte de partout à propos des nouveaux arrêtés du Conseil Général qui empêche la circulation pour tenter de faire son projet mafieux : le projet de barrage de Sivens. La violence institutionnelle qui est à l’oeuvre depuis le passage ne force sur l’avis défavorable de l’enquête publique jaillit plein feux dans la nuit de l’obscurantisme de ceux qui n’écoutent que leurs intérêts pour décider à la place du peuple. Cette violence institutionnelle est maintenant visible à tous les riverains, tous celles et ceux qui avaient l’habitude de fréquenter la Maison de la forêt.

La stratégie des promoteurs-décideurs-bénéficiaires du projet est claire : maintenir les citoyens à distance, tirer un rideau devant les lieux de bagarre, pour isoler la résistance de leurs soutiens. Mais on passera quand même, d’une manière ou d’une autre ! On est chez nous partout ! Halte aux mafieux illégitimes !

 

 

[Mercredi 27 et Jeudi 28 Août] Bilan

Mercredi 27  :

La journée a été marquée par des affrontements au niveau de barricades près du pont enjambant le Tescou puis  à côté de la Bouillonnante et côté Métairie. Au minimum une bonne cinquantaine de gendarmes mobiles et tout l’attirail : flashball,  lacrymos et grenades assourdissantes. Trois interpellations suivies de gardes à vue. Une copine tabassée avant d’être embarquée.

occupation policiere

Une fois les barricades sous contrôle, les gendarmes mobiles se sont employés à sécuriser le site en entourant la Bouillonnante et un grand nettoyage a commencé grâce aux employés du Conseil Général et ceux de la mairie de Lisle sur Tarn.bulldo2bulldo
La Bouillonnante n’a pas été expulsé. Son occupant déclaré s’est vu remettre un document officiel par un huissier. Une procédure judiciaire est donc en cours. On s’attend  à une procédure rapide et une expulsion. Une cabane voisine n’a pas non plus été détruite, ses occupants étant montés sur le toit.
Qques photos et vidéos sur la page FaceBouc du groupe Zad du Testet.

Pas de travaux au niveau de ce que l’on pense être le site de la future plate-forme logistique ou aire de stockage/retournement des engins. Mais bon, le bilan pour l’instant, c’est que les travaux ont bel et bien commencé.  Les bûcherons sont attendus lundi.

IMGP6948

Jeudi 28 :
La journée démarre sous le soleil avec une manif de soutien de la Confédération Paysanne du Tarn, venue avec tracteurs en compagnie de certains occupants du site. On essaiera de mettre des photos en ligne. Dispositif léger de gendarmerie qui contrôle les entrées du site par la D132.
Un chapiteau est monté sur le terrain de la Bouillonnante. La solidarité s’organise pour les 3 gardés à vue.

Des bons copains du collectif pour la Sauvegarde de la zone humide du Testet commencent une grève de la faim. Stéphane Mathieu du  Conseil Général est atterré (mais rien qu’un peu). Soutenez les en signant  et en faisant signer la pétition ! :

On a plus que jamais besoin de monde pour organiser la suite des événements.

 

[Mercredi 27 Août] Bilan de la journée

Par rapport à tous les articles des médias de masse qui nous traitent de « violents » (la dépêche ici), qui disent que la « résistance est vaine » (FR3), on voudrait préciser que nous travaillons à faire obstruction à ces travaux-là, dans un contexte donné, qu’on y risque notre peau tandis que les huiles du parti socialiste se la coulent douce avec l’argent public et arrosent leurs copains aux manettes des entreprises.

Articles du 27 août : (Tous les articles sur notre page Presse)

Récits, appels et photos de la journée d’hier (26 août 2014) :

À 12 h La Bouillonnante est encerclée. Deux copains tabassés et interpellés. Beaucoup de gendarmes mobiles. Besoin de renfort évidemment !

Côté Métairie : Barricade débordée, une autre interpellation violente.

Côté Maison de la Foret : Les flics sont montés et ont dégagé avec un bulldozer la grosse barricade. Des plots en beton ont été installés pour barrer l’accès au site. Les flics ont ensuite rejoint le site. Le campement n’a pas été attaqué, ni détruit.

Plus tôt dans la journée :

À 9 h arrivée des forces de l’ordre.Côté Métairie neuve, arrivée en mode « soft » : ils ont été apparemment surpris par la nouvelle barricade érigée à ce niveau. Le périmètre tenu par les occupants s’est donc accru dans la nuit. L’accès à la zone de chantier est donc rendue inacessible, tant que cette barricade tient.

Coté Bouillonnante : arrivée de gardes mobiles en mode « flashball ». Barricade renforcée pendant la nuit. Cela va être chaud.

A noter, présence de naturalistes sur le site, côté Métairie Neuve, sur le Tescou : vous pouvez les appeller ou leur rendre visite pour discuter mesures compensatoires, c’est à côté de Poitiers. 8 gendarmes-ninjas en escorte directe, 20 gendarmes sur la route.

Tôt le matin avec les copains du collectif Testet : visite aux employés de la DDE sur Gaillac (qui viennent déménager les affaires des occupants lors des expulsions) pour leur rappeller l’existence d’un droit de retrait, entre autres choses.

À Gaillac à 7h30 aux locaux techniques du Conseil Général, 25 personnes ont abordé les salariés qui embauchaient au CG81 pour leur distribuer le tract « droit de retrait ». On n’adresse pas aux uniformes mais aux personnes qui y sont dedans, contre la déshumanisation de ce monde. Les conducteurs d’engins peuvent être en danger lorsqu’ils empruntent la D132 pour faire les travaux avec la CACG.

Hier mardi, un camion s’est fait caillassé près de la Métairie et a abandonné l’idée de continuer son boulot ! Qu’ils ne fassent pas de zèle et qu’ils abandonnent leurs engins s’il est immobilisé. La DDT mobilise des tracto-pelles pour Sivens (c’était lundi qu’elle est venue).