[Dimanche 31 Août] Pour venir

Pour la journée de demain, n’hésitez pas à appeler Info Zad au 0789 666 434 pour avoir des infos sur les routes bloquées et nous indiquer le lieu d’éventuels contrôles de gendarmerie. Le plus facile reste de se garer à proximité et de venir par les chemins.

Pour cela : le lien vers notre page listant les accès possibles. Celle du collectif Testet, qui, il faut bien l’avouer est un peu mieux foutue (avec notamment les chemins et les parkings poids lourds le long de la D999).

Et les dernières nouvelles concernant le rassemblement organisé par le Collectif Testet !

A demain ! Prévoyez de rester, on compte sur vous !

[Mardi 26 Août] Bilan de la journée

Résistance en cours ! Et cela continue demain !

Récit et photos du 26 août : Defendons-la-ZAD-du-TESTET

– Grosse journée : La bouillonnante est toujours debout. Plusieurs barricades en empêchent l’accès direct aux forces de l’ordre. Escarmouches sur celle située sur le pont enjambant le Tescou. Les gendarmes ont essayé de s’en approcher mais ont ensuite reculé, la barricade ayant subitement pris feu. Tirs de flashball mais pas de blessés. Jeu du chat et de la souris péchu en sous-bois. Situation tendue toute la fin d’après-midi.

Les travaux de terrassement sur le site (500 mètres en amont du Tescou par rapport à la Bouillonnante) sont probablement liés à l’installation d’une future plate-forme logistique pour le chantier.

On ne pourra sans doute pas faire un suivi aussi régulier que celui d’aujourd’hui tous les jours. Mais les suivants risquent de ressembler à aujourd’hui, voire d’aller crescendo jusqu’au  1er septembre et le début possible des travaux de déboisement.

Notre appel à résistance et réoccupation (Cf. ci-dessous) est donc plus que jamais d’actualité.

 

– La préfecture reste droit dans ses bottes et poursuit son intox : voici le communiqué d’aujourd’hui. Voici également le communiqué du collectif pour la Sauvegarde de la zone humide du Testet qui  fait le point, et qui vous donnera quelques arguments si d’aventure vous appelliez les contacts Presse donnés dans le communiqué préfectoral.

– Quant à la presse locale, on va en faire la une toute la semaine, nous vous laissons la découvrir par vous-mêmes…tout en n’oubliant pas de nous lire pour avoir notre version des faits !

Bref, venez tous, il y a besoin de monde et chacun peut se rendre utile, plein de choses sont en préparation !

 

 

 

 

 

[Lundi 25 Août] Petit déjeuner à la Bouillonnante réoccupée

Info Bouilles Verte : la Bouillonnante est réoccupée ! Vous êtes conviés à un petit déjeuner ce lundi 25 dès 8h sur place avec ou sans croissants. De même vous êtes conviés à venir offrir votre présence tous les jours de la semaine à venir.

Pour rappel : le déboisement et la destruction de la forêt peuvent démarrer dès le 1er septembre (!!!). On a besoin de tout le monde et d’une présence, qu’elle soit d’une heure, d’une journée ou plus ( ce serait bien plus !).

Pour la défense de la zone humide du Testet, venez nous rejoindre pour ré-occuper la ZAD !

Nous ne défendons pas la nature, nous SOMMES la nature qui se défend !

Info Zad : 07 89 66 64 34

Reporté ! [Jeudi 26 Juin] Rassemblement en soutien à Guillaume

Lundi 23 juin : l’audience va être reportée, en raison de la grève nationale des avocats. Le rassemblement est également reporté.

Rassemblement au Palais de Justice d’Albi

Jeudi 26 juin 2014 à 13h30

en soutien à Guillaume, inculpé pour « violence sur agent » et « refus de prélèvement d’ADN » le 27 février lors de l’expulsion à la ZAD du Testet

Le 27 février 2014, la Préfecture a expulsé et détruit le camp de la Bouillonnante sur la ZAD du Testet, camp établi en résistance au projet de barrage de Sivens. Guillaume, vingt ans, était domicilé là. Le tractopelle, commandé par le Conseil Général du Tarn, protégé par les gendarmes et avisé par l’huissier, a détruit les habitations légères qu’il partageait avec d’autres résistants.

Illégale ! Cette expulsion a été condamnée par la cour d’appel de Toulouse le 18 avril 2014. Dans son rendu, le juge a expliqué que la décision de la Préfecture était « liberticide, en ce qu’elle a validé la privation des appelants, sans motif légitime, d’un débat contradictoire […] au cours duquel ils auraient pu faire valoir leur droit ». Guillaume faisait partie de ces appelants privés de leur droit.

Mais les gendarmes ne s’en sont pas tenus à cela. Alors que des dizaines de personnes avaient contourné le cordon de police en protestation à cette expulsion, ils ont arrêté Guillaume. Il a ensuite été inculpé pour « violence sur agent » – il était simplement parmi ces personnes -, puis « refus de prélèvement d’ADN ». Le 26 juin 2014 à partir de 14h, le jeune homme comparaîtra devant le tribunal correctionnel d’Albi.

Après avoir vu ses habitations illégalement détruites par les « autorités compétentes », Guillaume sera-t-il une deuxième fois « puni », par la Justice cette fois-ci ?

Le collectif n’entend pas rester inerte face à une telle violence institutionnelle contre les personnes qui travaillent à faire économiser 10 millions d’euros à la collectivité tout en sauvegardant une zone humide qualifiée de majeure sur le plan environnemental. Nous appelons à un rassemblement devant le palais de justice d’Albi pour manifester notre soutien déterminé à Guillaume et à toutes les victimes de la répression d’ici et d’ailleurs.

[Vendredi 16 Mai] Expulsion massive et destruction des lieux de vie sur la ZAD du Testet

Pour ajouter des photos ou témoignages, utilisez l’adresse de contact.

42 voitures de gendarmerie, 20 fourgons de CRS, un panier à salade, un hélicoptère, deux pelleteuses, cinq camions-bennes, un huissier, du personnel de la bourgeoisie PS du conseil général et de la Préfecture, la presse en règle avec leur papier. Au total, bien 350 personnes pour expulser. Face à cela, une cinquantaine de gens.

lever-soleil-luneAu petit matin du 16 mai 2014 à la Métairie Neuve, la lune encore pleine dans le ciel bleuissant, nous avions du mal à nous mettre debout, à sortir de nos couvertures. La veille, nous avions passé la nuit à nous agiter. Les uns avaient regardé une projection de court-métrages, avaient discuté. Les autres avaient fait cuire du pain dans le four vieux de 250 ans, rénové et remis en service par les habitants de passage. A 1h du mat’, une tournée de pizzas au feu de bois fut distribuée. Puis dormir que d’un oeil.

Ils sont arrivés à 8h, ils venaient de loin car il ne fallait pas qu’on se connaisse les uns les autres. Ils venaient nous mettre à la rue, voler et détruire nos affaires. C’est ce qu’ils ont fait. Ils ont exécuté les ordres sans rien comprendre de ce qu’ils faisaient. Sans avoir aucune idée de qui porte ce projet de barrage et pourquoi et qui s’y oppose et pourquoi. Un abruti, c’est le contraire d’un émancipé, il a besoin qu’on lui dise quoi faire de sa vie. Ils ont agi comme des abrutis. Alors ils se sont fait copieusement insultés. Quel respect peut-on avoir pour des personnes qui ne comprennent rien à ce qu’ils font ?

panneau-non-au-barrage

 

17/05 : Le communiqué de la préfecture de hier est particulièrement significatif de la mafia qui croît représenter l’intérêt général par sa fonction administrative. Ce texte est un pauvre plaidoyer pour le barrage, avec tous les arguments lénifiant, répondus un à un par les collectifs du Testet et des bouilles, au lieu d’être un communiqué sur l’expulsion en elle-même, qui aurait pu détailler les moyens mis en oeuvre par exemple. Préfecture, CG81, CACG, FNSEA, SAFER, mêmes pyramides hiérarchiques unies pour accroître l’emprise de leur conception mécaniste et industrielle sur la société et le monde naturel, accroître l’emprise de leurs autoritarisme arbitraire qui fait la négation de la diversité comme seul moyen de gouvernance à grande échelle permettant de préserver l’intérêt général.

Exemplaire leur projet ? Tellement « exemplaire » que la cour d’appel de Toulouse a jugé ILLEGALE l’expulsion du 27 février 2014 sur la parcelle de la Bouillonnante !!! Et c’est pas fini : on reparlera de ce qui s’est passé hier…

Des dizaines de personnes à la rue, peu de choses à perdre, que dalle à prouver. Ce qu’on vaut on le sait. Leur monde n’est pas le notre.

 

Communiqué du 14 mai 2014

Collectif « Tant qu’il y aura des bouilles » Lisle-sur-Tarn

Communiqué du 14 mai 2014

Nous avons eu vent que la Préfecture expulserait les habitants de la Zone À Défendre du Testet après-demain, le vendredi 16 mai. Nous voudrions être en mesure de résister, non pas militairement – ce n’est pas notre manière de faire -, mais en étant la force, le nombre et le regard du peuple. Nous voudrions leur compliquer la tâche sous l’œil des caméras, les empêcher de détruire nos lieux de vie de fortune temporaires.

Parce que nous n’entendons pas nous laisser bercer par la fable d’une gendarmerie « neutre », qui ne serait « ni pour ni contre le projet de barrage », qui viendrait « juste faire appliquer une décision de justice » dans un « état de droit ». Les occupants sont sur les parcelles de l’ONF et du Conseil Général parce que le projet de barrage n’est pas abandonné. Ses promoteurs font partie de ce système mécaniste et industriel qui dévaste la société et le monde naturel jusque dans les moindres recoins du Tarn. Leurs soldats ne peuvent en aucun cas être considérés comme « neutres » en venant expulser les habitants de la ZAD du Testet : ils veulent affaiblir l’opposition au projet de barrage. Ils veulent augmenter l’emprise de leur conception du monde, celle de l’état et des grosses entreprises industrielles, au détriment de celle de la famille et de la communauté.

Nous invitons tous nos soutiens à se tenir prêts à venir sur la ZAD avec leurs caméras et appareils photos pour vivre ce moment avec nous. À celles et ceux qui craignent une fausse alerte, de venir « pour rien », il n’y a jamais de visite inutile à la ZAD. Nous avons prévu de nous retrouver à 6h00 pour écouter la nature au lever du soleil dans la vallée et de petit-déjeuner à la cueillette, à la rosée et au pain chaud sorti du four de la Métairie Neuve. Chaque minute, chaque heure passées à vivre ensemble pour construire à notre façon la base matérielle de la conception écologique du monde est du temps gagné. Les institutions gaspillent l’argent public à essayer de nous contraindre par la force. Nous y résisterons sans haine ni mépris, avec des moyens dérisoires, mais jusqu’au bout.

ALERTE SUR LA ZAD DU TESTET

ON REDOUTE UNE TENTATIVE D’EXPULSION ET DEBOISEMENT  À PARTIR DU 10 MARS !!

Le Collectif Tant qu’il il y aura des bouilles vous appelle toutes et tous à une mobilisation URGENTE ET MASSIVE sur le site occupé depuis octobre 2013.

Notre occupation s’oppose à un projet de barrage destructeur de 40 hectares de forêt et de zone humide. 10 millions d’euros d’argent public au profit d’intérêts privés. Un projet imposé. Une enquête publique truquée.

S’ILS NOUS EXPULSENT ON RE-OCCUPERA, comme on l’a fait le jour même de l’expulsion du Jeudi 27 Février. Notre résistance est dynamique et créative, nous luttons contre un système, des idées et des pratiques, mais dans aucun cas contre des individus.

Si on tient jusqu’au 31 mars, on peut sauver la forêt et la zone humide du Testet.

IL Y A URGENCE, REJOIGNEZ-NOUS !!

Mise à jour du Vendredi 14 Mars :

C’est l’entreprise SEBSO de Saint-Gaudens qui a été choisie pour déboiser la vallée du Tescou. Ayant peur du sabotage, ils ont préféré sous-traiter la partie à faire avec les grosses abatteuses à des plus petites entreprises !

Nous avons de nouveau contacté ces entreprises pour leur transmettre notre appel à non-collaboration avec la CAGC. Nous sommes dans l’attente d’une réponse de la part de ces entreprises.

dessinbouilles

[Vendredi 7 Mars] Assemblée Générale Exceptionnelle

Assemblée Générale Exceptionnelle ce vendredi 7 mars à 18h30 pour discuter de l’occupation du site (organisation, défense, présence humaine) !

Pour tou.te.s celle.eux qui souhaitent soutenir/s’investir sur place, vous êtes les bienvenu.e.s !

La solidarité et l’entraide s’organisent sur ce petit bout de ZAD !

Arrêté préfectoral : circulation interdite jusqu’au 5 Mars

Si vous vous rendez sur le Testet, la préfecture a publié un arrêté interdisant la cirulation du 27 février au 5 mars sur la route départementale D132 entre la D999 et la D32 aux véhicules sauf riverains et véhicules de secours.

Cet arrêté n’interdit pas la circulation à pied. Donc, en principe ils n’ont pas le droit de vous interdire de passer le barrage à pied. Vous pouvez imprimer la photo de l’arrêté ci-dessous pour le montrer à la police au niveau du barrage.

Ciao, il y a des fautes sur votre site voir en rouge ci-dessous svp:

arrete_circulation_27022014

[Jeudi 27 Février] Expulsion de la Bouillonnante, continuité de la lutte

La Bouillonnante, site occupé pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, a été expulsée ce matin du Jeudi 27 Février 2014 par les forces de l’ordre.

Malgré le gaz lacrymogène, les engins de chantiers destructeurs et le saccage des constructions collectives par le PSIG  (Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie), nous allons continuer à occuper et rebâtir.

Nous serons entendu demain Vendredi 28 Février au tribunal de grande instance d’Albi. Nous vous y attendons nombreuses et nombreux pour venir nous soutenir.

Sur le terrain, un campement est en cours de construction sur la parcelle d’en face. Venez-nous aider dès que possible. On a besoin de palettes, matériaux de construction en tous genres, nourriture, pharmacie et de bonne volonté.

Équipez-vous de bottes, vêtements de pluie, lampe frontale, …

Et en complément : point d’info à 12h30

Ce matin jeudi 27 février 2014 les forces du désordre social en uniformes ont encerclé la zone occupée par le collectif des bouilles, puis ont entrepris de détruire les habitations et les installations.

Une soixantaine de personnes ont pu venir en soutien sur la zone prêter main forte aux habitants pour empêcher les bavures et sauver le plus de matériel possible.

A l’heure actuelle, on note l’absence d’un habitant, qui est peut-être dans un fourgon ou dans un commissariat.

Le chapiteau n’a pas été détruit mais confisqué, une négociation est en cours par son propriétaire pour le récupérer.

Demain vendredi 28 février, au Tribunal de Grande Instance d’Albi, la procédure d’expulsion sera attaquée pour vice de forme. Le juge du TGI a accepté de prendre en compte la requête. Rappelons brièvement qu’aucun huissier n’est passé au camp de la Bouillonante pour constater la résidence, ce qui rendait cette expulsion illégale.

Loin d’anéantir le mouvement d’opposition au barrage, ce coup de force du Conseil Général va lui donner une nouvelle dimension.

Plus on résiste, et plus on est vivants. Plus on est vivants, et plus on les emmerde. Le simple fait de vivre là-bas est la meilleure façon de résister à la marchandisation du monde qui semble éternelle.

Pour ce soir, il y a besoin de tentes, pour loger du monde sur le lieu de repli. La résistance s’organise, se ré-organise…

Lire également :

– l’article de Reporterre : la ZAD du Testet, dans le Tarn, est expulsée, l’occupation continue

– l’article de Lutopik : Photos : expulsion de la ZAD des Bouilles