Bouilles hebdo du 23 au 29 juin 2014

Quelques infos rapides parce que le système technologique dévore la planète avec ses ordinateurs.

Samedi 28 juin

Collectif Testet : Casserolade devant le Conseil Général pour réclamer un moratoire du projet de barrage de Sivens

Et puis les habituelles manoeuvres stylistiques de la presse chien-de-garde pour empêcher toute sympathie avec les opposants : La «casserolade» des opposants au barrage de Sivens (DDM)

Mercredi 25 juin

Appel à casserolade devant le Conseil Général le jeudi 26 juin matin

Ce matin au rond-point Jean Jaurès, quelques agriculteurs répondant à l’appel de leur syndicat FNSEA. Pommade et brosse à reluire pour Roland Le Grand, porte-parole des JA du Tarn (JA = Jeunes Agriculteurs, c-a-d les jeunes fabriqués par le système agri-intensif) invité sur radio RDAUTAN. Le présentateur du journal de 7h de la radio a tout simplement relayé le discours lénifiant des promoteurs du barrage de Sivens sans jamais émettre le moindre doute, excepté qu’il a parlé de la casserolade devant le CG du Tarn demain, organisé par le collectif Testet.

Mardi 24 juin

À Nantes, appel à rassemblement devant le tribunal le 27 juin à 14h, suite à la répression froide du système (pouvoir exécutif + pouvoir judiciaire à ses ordres + pouvoir coercitif) qui s’abat sur des individus2-466e4 pris isolément les uns après les autres, encore avant-hier. Comme en 1940 à la mise en place du gouvernement de Vichy, le seul fait d’être dans un fichier de police d’opposants politiques au système en place suffit à être privé de liberté, emprisonné par exemple sur présentation d’une photo floue prise en manifestation.

Lundi 23 juin

On apprend que l’audience de Guillaume au tribunal, qui était prévue jeudi 26, va être reportée en raison de la grève nationale des avocats. Le rassemblement est lui aussi reporté.

Une nouvelle contribution est arrivée sur la page des expressions libres.

Publicités

[Mercredi 18 Juin] Info ZAD du Testet à la Chapelle Toulouse

L’appel du 18 juin : INFOZAD à La Chapelle, rue Danielle Casanova http://www.atelierideal.lautre.net/spip.php?article644

ZAD du Testet, SAUVONS LA FORET de Sivens, NON au BARRAGE

Soirée d’information + projection de « Ce n’est qu’un début »

Court-métrage sur la lutte collective locale contre le barrage qui détruirait 40 Ha de forêt et de zone humide au testet, à 10 km de Gaillac+ débat sur les Zones A Défendre : Zone Agricole en Danger.

Venez NOMBREUX + repas partagé, prix libre

la forêt a besoin de toi !

Faites passer l’info !

Merci et à bientôt

—> Besoins d’aide pour l’orga : 0785 zéro 55134

Reporté ! [Jeudi 26 Juin] Rassemblement en soutien à Guillaume

Lundi 23 juin : l’audience va être reportée, en raison de la grève nationale des avocats. Le rassemblement est également reporté.

Rassemblement au Palais de Justice d’Albi

Jeudi 26 juin 2014 à 13h30

en soutien à Guillaume, inculpé pour « violence sur agent » et « refus de prélèvement d’ADN » le 27 février lors de l’expulsion à la ZAD du Testet

Le 27 février 2014, la Préfecture a expulsé et détruit le camp de la Bouillonnante sur la ZAD du Testet, camp établi en résistance au projet de barrage de Sivens. Guillaume, vingt ans, était domicilé là. Le tractopelle, commandé par le Conseil Général du Tarn, protégé par les gendarmes et avisé par l’huissier, a détruit les habitations légères qu’il partageait avec d’autres résistants.

Illégale ! Cette expulsion a été condamnée par la cour d’appel de Toulouse le 18 avril 2014. Dans son rendu, le juge a expliqué que la décision de la Préfecture était « liberticide, en ce qu’elle a validé la privation des appelants, sans motif légitime, d’un débat contradictoire […] au cours duquel ils auraient pu faire valoir leur droit ». Guillaume faisait partie de ces appelants privés de leur droit.

Mais les gendarmes ne s’en sont pas tenus à cela. Alors que des dizaines de personnes avaient contourné le cordon de police en protestation à cette expulsion, ils ont arrêté Guillaume. Il a ensuite été inculpé pour « violence sur agent » – il était simplement parmi ces personnes -, puis « refus de prélèvement d’ADN ». Le 26 juin 2014 à partir de 14h, le jeune homme comparaîtra devant le tribunal correctionnel d’Albi.

Après avoir vu ses habitations illégalement détruites par les « autorités compétentes », Guillaume sera-t-il une deuxième fois « puni », par la Justice cette fois-ci ?

Le collectif n’entend pas rester inerte face à une telle violence institutionnelle contre les personnes qui travaillent à faire économiser 10 millions d’euros à la collectivité tout en sauvegardant une zone humide qualifiée de majeure sur le plan environnemental. Nous appelons à un rassemblement devant le palais de justice d’Albi pour manifester notre soutien déterminé à Guillaume et à toutes les victimes de la répression d’ici et d’ailleurs.