Grosse discussion sur la demande au Préfet par FNE d’abroger les arrêtés Sivens

Préambule
Sur cette page est retranscrite une polémique virulente qui a démarrée fin novembre 2014, après que FNE(*) et le collectif Testet aient publié le 20 novembre un communiqué dans lequel ils annonçaient avoir « écrit au préfet du Tarn pour solliciter l’abrogation de toutes les autorisations délivrées »(**).

 

2014-12_abrogation_erreur-reparable-a-reparer

Brochure « Erreur réparable à réparer » (collectif, 22/12/2014)

 

Éléments déclencheurs de la polémique :

(*) France Nature Environnement est une fédération d’associations avec salariés, financée par l’État

(**) Nouvelle plainte pour infractions au code de l’environnement (sur le site du collectif Testet) sinon il est là aussi.

39 réflexions au sujet de « Grosse discussion sur la demande au Préfet par FNE d’abroger les arrêtés Sivens »

    • La décision est dans les mains de la direction du collectif Testet. Soit ils annulent leur demande d’abrogation, soit ils ne l’annulent pas. Demain, à la réunion de coordination, il y aura un point là-dessus mais ce ne sera qu’en présence de Claire Dujardin, qui n’est pas à l’origine de la demande d’abrogation. Par contre, ceux qui demandent le retrait de la demande d’abrogation préparent une brochure qui va expliquer de long en large toute l’histoire, comment les avocats de FNE sont complètement à court d’arguments et comment c’est grave de chez grave.

      • Polémique sur un point de droit; d’après ce que je lis de part et d’autre, je ne vois pas l’utilité d’instruire un tel point de désaccord, où des sensibilités personnelles s’affichent (le talon d’Achille de la relation de pouvoir en milieu associatif) plus que le fond du mouvement qui m’intéresse davantage. Bref, rien qui ne justifie tout d’un coup de mettre des suspicions en interne entre gens de bonne volonté. Qui dit que FNE serait à cours d’argument qui placerait cette organisation en suspicion légitime: une seule personne qui pense n’avoir pas été écouter suffisamment sur ses arguments, et qui jette l’anathème sur ses détracteurs. L’affirmation d’un égo, plus prompt à diviser plutôt qu’à fédérer l’ensemble des opposants; les pro barrages vous attendent à la sortie… Ce qui est grave de chez grave n’est pas la position de FNE, mais les dissensions ourdies sur un seul point de désaccord et par une seule personne qui tient absolument à avoir raison. Et même si cette personne a raison sur ce point (annulation plutôt qu’abrogation), elle a tord en revanche de chercher à discréditer des partenaires qui instruisent l’opposition au barrage avec tous les moyens dont ils disposent. Le collectif des Bouilles a t il les moyens de se payer un avocat? N’y a t il pas d’autres procédures en cours?…et menées par FNE?
        Le système associatif et militant se trouve souvent confronté à des querelles d’égo, tout le monde peut se tromper, ne surtout pas se laisser entrainer sur un terrain destructeur et absolutiste; convaincre du bien fondé n’est pas de remettre en cause les motivations des autres. A chercher des traitres qui ne se rangeraient pas à son opinion on finit par l’absolutisme, l’intransigeance, le fascisme, et ça c’est grave de chez grave!!..

      • @Philippe Segeric :
        On est dans le même cas que les tours du world trade center.
        Le haut de la tour descend à la vitesse de la chute libre.
        Ce ne peut donc être qu’une démolition contrôlée.
        Mais le problème, c’est qu’en admettant cela, on admet
        qu’il y a un complot. Et alors l’émotion est trop forte.
        Alors, l’esprit se brouille. On perd en lucidité.
        On refuse donc l’hypothèse, par souci d’intégrité émotionnelle.

        Je comprend bien que ces hypothèses de négociations
        entre ministère et FNE sont chiantes émotionnellement parlant.
        Mais le problème n’est pas là.
        Le problème est de constater que
        comme le haut de la tour descend à la vitesse de la chute libre
        eh bien la demande d’abrogation est contre-nature à l’opposition
        au barrage si les recours en annulation sont en cours.
        C’est de la technique pure, sur le plan juridique.
        C’est chiant, je le concède.
        Mais peu importe les conséquences,
        peu importe ce qu’a réellement fait FNE
        on s’en fout. Pour notre santé mentale,
        il faut admettre que le haut de la tour
        descend à la vitesse de la chute libre, de même,
        que la demande d’abrogation est
        un contre-sens à l’opposition au barrage
        si les recours en annulation sont en cours.

        Donc, il faut retirer cette demande d’abrogation.
        Bernard l’expliquera mieux que moi.
        Ou disons avec son langage technicien de juristes.
        Mais enfin, pour l’avoir rencontré une fois,
        je dois dire qu’il y a quelque pédagogie
        dans son débit de paroles. C’est toujours
        bon à prendre que de se faire expliquer toutes ces choses.

  1. hum hum…. le Pouvoir (ou sa proximité) corromprait-il ?
    En tout cas, pour ma part la moutarde me monte au nez….. sévère.
    Que répondent FNE et Le Collectif Testet?

    Je reprends les questions de B. Viguié qui me semblent très très mais alors très pertinentes et très loin d’être secondaires :

    Pourquoi FNE et Ben Lefetey ont-ils refusé de faire un référé suspension après le
    dépôt du rapport Royal?
    Pourquoi ont-ils préféré faire une demande d’abrogation? Aucune réponse crédible n’a été donnée à ce jour. Et pour cause.
    Pourquoi Ben Lefetey a signé cette demande d’abrogation sans mandat et sans
    aucune discussion avec collectif Testet?
    Pourquoi FNE et Ben Lefetey refusent-ils de retirer leur demande d’abrogation,
    alors que ce serait si simple et qu’ils disent eux-mêmes que cette demande injustifiable n’était qu « un simple coup médiatique » ?

  2. Un référé peut être gagné ou perdu, question de stratégie semble t il, la suspicion de « collusion avec l’ennemi » est clairement exprimé ici à l’encontre du collectif Testet et FNE et de leurs représentants en particulier, avocats confondus, cet argument pourrait très bien se retourner contre celui qui instruit la polémique comme tentative de déstabilisation d’un mouvement. J’ai connu cela lors de l’enquête publique sur les sites d’enfouissement des déchets radioactifs, toujours à cheval de deux départements, de deux communes, pour chercher à diviser les opposants. Ce fut le cas entre Lot et Cantal sur le plateau de la Chataigneraie, où deux associations avaient des avis différents sur les actions à mener, qui généra des conflits contre productifs à la sortie, avec les mêmes suspicions d’une association à l’encontre de l’autre qui toutes deux défendaient les mêmes intérêts. Autant dire que ce genre d’attitude n’est pas fédérateur, du moins à l’échelon local. Questions: que cherche a prouver Mr B Viguier, qu’il a raison, que les autres se compromettraient ou se feraient complices des autorités s’ils ne se rangent pas à son avis, qu’il est le meilleur pour gérer les questions juridiques? A t il besoin pour autant de jeter de telles suspicions à l’égard de ses détracteurs qui emportent la décision, à ses dires sans discutions? B Viguier donne le ton et décrédibilise son propos, tellement on ressent sa frustration de ne pas être entendu au point de s’en prendre à des associations et leurs représentants qui luttent depuis le début. Personnellement je ne saurais trop recommander de ne pas suivre les sirènes de la discorde, la vie associative impose sa discipline, on est toujours libre d’adhérer ou de partir, mais pas de dénigrer sans preuve, au risque de salir ce pourquoi on lutte.

  3. J’ai déjà exprimé mon avis sur FNE sur les pages du collectif Testet. Au moins je n’y étais pas censuré !!!
    Quant à Lefetey il est clair qu’il joue lui aussi un double jeu. Aucun problème pour développer vous avez mon adresse mail.
    Bon en clair j’espère que vous allez enfin vous réveiller : toutes les grandes assos qui luttent soit disant pour défendre l’environnement, comme FNE , sont toutes subventionnées à mort et assurent un bon revenu ainsi que des prébendes non négligeables à leur dirigeants . Comment voulez vous dans ces conditions les voir attaquer frontalement et sans ménagement le système de corruption mis en place dans pratiquement toutes les communes de France et qui ne se limite certainement pas à nndl à Sivens à Roybon ou à 103 autres communes.
    On ne mord pas la main de celui qui vous nourrit.

  4. Vu sous cet angle, effectivement… Cependant combien d’associations survivent sans subvention?.. Et que serait un état qui ne subventionnerait pas le milieu associatif. Je ne cherche pas à prendre parti, seulement peut être avoir quelques éclaircissements; qui n’entend qu’un son n’entend qu’une cloche.

    • Que serait un État qui ne subventionnerait pas le milieu associatif ?
      Ce serait un État aux finances plus saines et …. beaucoup moins d’impôts à payer pour chaque français.
      Et dans un sens plus général, un État qui arrêterait définitivement de subventionner ici FNE, ici la FNSEA, ici un autre Center Parc, bref qui arreterait TOUTES les subventions se verrait contraint … de baisser les impôts, de supprimer certaines taxes et d’en réduire certaines comme la TVA car leurs maintiens ou leurs hausses ne se justifieraient plus.
      En plus de libérer du pouvoir d’achat pour chaque ménage (qui permettrait de donner 5 euros par mois à l’association de son choix ou plus si affinités) cela aurait pour salutaire effet de questionner chaque citoyen – de façon plus virulente qu’aujourd’hui bercé – Bercy beaucoup- par la léthargie ambiante – sur la destination du Trésor Public. C’est notre Trésor, il est à nous et il nous appartient d’en connaître et le montant réel et ce à quoi il est destiné.
      Bref ce serait La révolution ! Bon ça coincerait au début. Il est certain que les syndicats, les partis politiques de tous bords, les régimes spéciaux, la presse de merde aux ordres n’aimeront pas ça … mais ça libérera du pouvoir d’achat pour les autres qui pourraient, emportés par leur élan, exiger et obtenir la démocratie directe en article 11 de notre Constitution afin de décider collegialement si oui ou non on doit immédiatement destituer Carcenac et lui faire rendre tout l’argent qu’il a volé aux tarnais à défaut de pouvoir exiger qu’il remette en place la forêt et tous les petits habitants qui allaient avec.
      J’ai pris l’exemple de Carcenac mais pas d’affolement : il y a dans chaque commune un voire plusieurs Carcenac. De quoi s’occuper et récupérer les terres et terrains qui nous ont été volé.

      dodd
      Membre de l’association Pour une Démocratie Directe présidée par Hervé Lebreton (celui à qui l’on doit la reconnaissance de l’existence et du montant de la Réserve parlementaire, anticonstitutionnelle mais qui permet à chaque parlementaire d’arroser l’association de son choix, totalement illegal et arbitraire et ça chaque année 150 millions d’euros aux contribuables)
      Membre également de l’association Yourtao présidée par Sylvie Barbe que certainEs d’entre vous connaissent déjà sûrement.

  5. Je partage 100% l’avis de Philippe Segeric – que je ne connais pas – on voudrait semer la zizanie parmi les opposant au barrage qu’on ne s’y prendrait pas mieux… et quelle victoire si, en plus, on pouvait avoir la tête de celui qui menant ce combat depuis plus de 5 ans en a assumé – et assume toujours – physiquement, familialement et professionnellement les conséquences sans que cela remette en cause sa détermination et son intégrité…

    • On voudrait réduire au maximum, minimiser au maximum la portée, qui pourrait aller très loin, en matiere de démocratie, de l’engagement des zadistes on prendrait alors ben lefetey et sa connivence avec le système etabli, on prendrait FNE que les gentils médias bichonnent et le tour serait joué. Il est joué ! Il est joué d’avance !

      Lefetey et FNE ne sont que des sentinelles du pouvoir établi. Leurs missions consistent, chacun dans son domaine, ici c’est Sivens et la déforestation d’une zone humide, à devenir et ils y arrivent très facilement à être les principaux et uniques interlocuteurs d’une situation de crise afin que celle ci ne déborde surtout pas du système représentatif et toute la corruption qui va avec. Clientelisme, copinage enfin on reste entre nous quoi !
      Voilà pourquoi Lefetey déjà interrogé sur le sujet se positionne contre toute forme de démocratie directe (les référendum d’initiative citoyenne ) avec des arguments complètement vaseux. Ben oui quoi faudrait quand même pas que le peuple se mêle des affaires et des décisions budgétaires publiques, sinon où irions – nous ?
      Vous imaginez un peuple qui n’a plus besoin de l’avis et du positionnement des associations subventionnées par les ciments Lafarge, suez gdf, veolia (partenaires financiers de France Nature Environnement !!!) afin de décider si oui ou non il doit être créé et construit une retenue d’eau en zone humide pour 21 exploitants et leurs mai »s ?
      Il n’en est pas question !

    • Cela ne fait pas 5 ans mais 2 qu’il « s’occupe » de Sivens et je viens de l’apprendre, est encarté EELV depuis un an. Ne vous en faites pas pour lui : on l’a montré
      suffisamment visible et incontournable pour devenir prochainement conseiller régional ou autres en récompense des bons et loyaux services qu’il a rendu à notre belle et si vertueuse démocratie représentative.
      Qui est il d’où vient-il ?
      Voir lien plus bas. Cela peut vous rassurer peut être. Moi pas.

      http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/midi-pyrenees-politiques-france3/2014/11/13/sivens-qui-est-ben-lefetey-le-leader-des-anti-barrages.html

      • Je suis étonné par les propos de Philippe Ségeric, que je ne connais pas, étonné par le fait qu’il manie l’invective et la suspicion sans que l’on puisse trouver le moindre argument dans ses propos. En ce qui me concerne, je ne confonds pas invective et critique. Je me fonde sur LES FAITS et j’essaie de les analyser en fonction DU DROIT, que je connais un peu. J’ai posé publiquement diverses questions précises. C’est cela qui m’importe.
        Je constate avec les propos de Philippe Ségeric que mes questions ne plaisent pas à tout le monde, mais je trouve très malsain, quand on est incapable de répondre ou de discuter des problèmes posés, que l’on jette l’anathème sur ceux qui font un petit effort pour réfléchir et pour contribuer à un débat public.
        Si Philippe Ségeric est, par exemple, capable de me trouver une bonne raison d’avoir demandé l’abrogation des arrêtés en novembre, je l’attends avec impatience, et éventuellement je répondrai.
        Mais je crois comprendre qu’il estime que ce n’est pas important.
        S’il trouve normal que l’affaire de Sivens se termine sans que les arrêtés qui ont permis le barrage n’aient été sanctionnés par aucune décision de justice, ni référé, ni annulation, c’est son avis.
        En ce qui me concerne, j’ai lu les arrêtés et le rapport Forray-Rathouis. Je pense que ces arrêtés sont illégaux et je pense que ce serait un scandale que l’affaire se termine sans aucune décision de justice pour les opposants, c’est à dire par un arrangement dont la demande d’abrogation est une partie (je ne sais pas si Philippe Segeric me donne le droit de prononcer le mot scandale).

  6. Je ne comprends pas très bien les accusations de Philippe Segeric. Au lieu de manier l’invective sans aucun argument à opposer à mes questions, je préférerais qu’il réponde ou qu’il essaie de répondre aux questions que j’ai posées publiquement, à plusieurs reprises et par écrit. L’invective gratuite ne fait pas partie de mes discours. Pour ma part, je ne confonds pas invective et critique. Si Philippe Segeric, que je ne connais pas, me donne, par exemple, UNE seule raison qui puisse expliquer la demande d’abrogation en novembre 2014, je l’examinerai et je répondrai au besoin. J’attends avec impatience …

  7. D’accord avec Dodd et Viguié : quel est le but de l’action des Zadistes ? Gagner ou perdre ? Quelles que soient les déclarations emberlificotées de FNE et consorts, il me semble essentiel de ne considérer que l’objectif à atteindre : gagner ! Certains gagneraient-ils à perdre ?

  8. à Bernard Viguié

    Je ne pratique pas l’invective, pas plus que je ne rentrerais dans la polémique, n’étant pas juriste. Je lis aujourd’hui que le collectif en la personne de C Pince a répondu. Il s’agit bien d’une question de stratégie sur l’ensemble du dossier; question qui fait polémique. Je dis simplement que dès que ce met sur « la place publique » un désaccord en faisant peser sur ces détracteurs, qui œuvrent dans la même direction; une suspicion de collusion avec les autorités contre qui l’on se défend, ce n’est pas grandir le débat mais semer le trouble. Une affaire d’égo, en somme, voilà bien l’invective dont vous pouvez m’accuser. Pourtant, c’est la vie; des caractères s’affrontent, se passionnent dans un même engagement, mais ce genre d’opposition dont Dodd est un exemple typique (voir son dernier post ou encore cette phrase: -« Lefetey et FNE ne sont que des sentinelles du pouvoir établi » ne servent en rien la cause défendue. Par ailleurs ce genre d’accusation ne trouve ni fondement ni preuve, et Mr Dodd qui en appelle à la démocratie participative semble confondre démocratie avec tribunal populaire ou la vindicte se fait vérité.
    Je ne suis qu’un simple citoyen Mr Viguié, mais qui se passionne pour ce mouvement populaire qui s’ancre dans les territoires en défendant des valeurs qui nous touchent tous, notre avenir et celui de la planète, en même temps que l’injustice d’un système à broyer l’humain au profit de minorité toujours plus restreinte mais régnante. Le mouvement zadiste est intéressant à cet égard et pour les tentatives d’expérimentation sur un autre rapport à l’humain dont devrait s’inspirer justement Dodd si vénère aujourd’hui. Maintenant, si vous voulez en savoir plus sur moi; suivait ce lien: http://philippesegeric.wix.com/vachedetango.
    Je ne parle qu’au nom de l’expérience que j’ai d’un autre mouvement qui en 2000, refusait les projets d’enfouissement en couche profonde de déchets radioactifs; enquêtes d’utilité publique menées alors par l’ANDRA promoteur d’un tel projet. C’était dans le monde rural et entre deux départements et plusieurs communes comme il en fut le cas dans bien des régions granitiques de France. C’est ce genre d’opposition que cherche les promoteurs pour diviser et décrédibiliser (à l’échelon local) toute initiative d’opposition. Et dans ce genre de mouvement, les suspicions sont fortes entre élus et citoyens, cependant nous sommes parvenu tout de même à nous réunir autour d’un même objectif, à un moment il faut faire confiance et rassembler plutôt qu’opposer…
    La bataille de Sivens n’est pas encore gagné!…

  9. Je vous doit une réponse Mr Viguier, me risquant dans cette polémique. Je dois vous faire justice, je n’avais pas lu la brochure « erreur réparable ». Je rends donc hommage à vos qualités, et des succès qui en découlent.
    Cependant, le barrage de Fourogue existe bel et bien, non?…
    Ce que je sais de la justice en ce pays, c’est qu’elle est lente, certes nécessaire, indispensable, irremplaçable, républicaine… mais lente!!!…

    Question:
    Où en sont les recours engagés, en première instance, en appel… ça je sais ce que ça veut dire au niveau temps, pour l’avoir moi même expérimenté!…

    Ne vaut il pas mieux gagner du temps?
    La fin justifie les moyens.
    Respectueusement

  10. http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/03/barrage-de-sivens-un-dossier-entache-de-conflits-d-interets_4517419_3244.html

    Bonjour mr Viguié,

    J’aurais besoin d’être sûr d’une chose :
    Abroger = supprimer. OK.
    Abroger les arrêtés Sivens signifie-t-il qu’il sera désormais impossible de mettre en examen Carcenac et sa bande (voire le préfet lui – même) ? Les mettre en examen et éventuellement condamnation, prison … Le conflit d’intérêt, moi j’appelle ça corruption active au détriment des contribuables, de la faune et de la flore, étant avéré (voir le lien ci-dessus où tout cela est fort bien expliqué).

    autre question : quels sont ces « arrêtés »?

    Je suis bien conscient que nous avons affaire avec ce barrage à une bande de mafieux (notre Constitution sans le puissant et très efficace contre pouvoir d’une démocratie directe qu’il reste à inventer, un peu sur le modèle suisse quand même ou californien ou même italien depuis qu’ils l’ont découvert inscrite dans leur Constitution, accouchant de ce genre d’individus).
    Mais étant novice comme bon nombre de mes concitoyens en matière juridique je souhaiterai que vous soyez plus clair, plus pédagogue, vous mettre à la portée de ce qui n’y comprenne rien ou presque.
    Si c’est bien le cas, l’impossibilité de voir Carcenac et sa bande comparaître comme accusés devant un tribunal de part cette abrogation, que cela soit clairement dit.
    Merci.

  11. bonjour Dodd
    Je ne sais pas si vous avez visionné déjà, mais à revoir, je crois que vous y trouverez ce qui vous manque. L’abrogation est une chose; la corruption en est une autre. L’abrogation n’empêche pas des recours ultérieurs en justice au titre de d’autres poursuites, voir même une recours en annulation (à préciser, vous avez raison).
    Mme Terrasse me parais tout à fait compétente (au moins à hauteur de ses charmes…), l’avis de Mr Viguier n’est qu’un avis qui se discute.
    Faire un préalable d’une décision de justice en annulation de la DUP, avant tout autre poursuite; conflit d’intérêt, corruption, correctionnelle pour les plaintes contre les violences policières; dire que ce préalable est nécessaire pour instruire les autres procès; personne ne l’affirme, et Mr Viguier est vague sur cette question, sinon à instiller des peurs d’annulation de toute autre procédure. L’on voit par ailleurs ce que font les acteurs des projets de barrage de la justice. Mr Viguier peut s’enorgueillir de ses victoires, mais rien n’est venu réellement empêcher la construction du barrage de Fourogue, où d’ailleurs Mr Carcenac va faire une nouvelle demande d’intérêt public (Fourogue de par le fait est devenu déficitaire dans sa gestion)

    • Hé mais Alice Terrasse, à 19’45, elle évoque uniquement la possibilité d’abroger les arretés ! Elle n’évoque pas la possibilité, et surtout la NÉCESSITÉ de les faire annuler ! Chacun pourra s’interroger dans quel camp elle est alors.
      Elle en remet une couche la 24ème minute : en octobre 2013, les décideurs ont décidé selon des études truquées, c’est pas leur faute s’ils ont décidé cela, ce qui revient à les dédouaner, à refuser la recherche de l’annulation des arretés…
      Cette femme chie sur tous les gens qui se sont battus contre ce barrage en refusant de poursuivre la volonté de gagner en justice sur l’annulation des arrêtés.
      Quand à la remarque sur ses charmes, on voit à quel niveau se situe la discussion pour Segeric. Je passe également sur les remarques sur Forougue : on croit rêver, Segeric embrouille tout le monde avec son esprit embrouillé. Orwell, où es-tu ? Viens nous aider !

      • vous préférez le manichéisme de la vindicte, passant sur un trait d’humour sur les charmes de Mme Terrasse. Tout est bon pour vitupérer. Mes remarques sur Fourogue? Un état des lieux sans plus; cause bien défendu, mais les acteurs du projet sont passé outre et ce barrage existe aujourd’hui. Je vous embrouille vous qui vous aveuglez d’une colère contre une personne en soutien contre ce projet de barrage. Je vois bien là tout ce que je dénonce. Vous n’êtes pas d’accord avec FNE et le Collectif Testet; alors plutôt que de mettre en avant des arguments ou de suivre se qu’il se passe pour rebondir sur d’autres propositions; vous vous en prenez aux personnes qui ne pensent pas comme vous, parce que frustré sans doute et en colère surement. Bref, la même vindicte que la FNSEA contre les zadistes en fait. Ce que je dénonce, c’est exactement ce genre de comportements que vous avez, humain certes, mais peu constructif. J’en apprend davantage en message privé avec Mr Viguier sur ses arguments; les comprends mieux, mais comme je suis très distant, je vis dans le Cantal, je ne peux que suivre l’évolution des évènements et espère que ce diffèrent n’empêchera pas tout le monde de se retrouver, si il y a lieu et de se remobiliser sur le terrain. Les divisions internes ne sont jamais bonnes pour une cause défendu, c’est ce que je ne cesse de dire et qui vous embrouille; relisez moi, mais plus calmement, plus sereinement.
        « Cette femme chie sur tous les gens…. » pensez vous que cela serve votre discours, qu’il est digne d’une ouverture au débat? Ecrire ainsi vous dessert plus que cela vous honore; et en tout cas ne sert pas les intérêts que vous défendez. Laissez donc ce genre de formule à la FNSEA et autre pro barrage; j’ai une autre opinion du mouvement zadiste, à l’opposé de votre façon de vous exprimer.
        Se sera mon dernier post, je ne tiens pas à en rajouter dans cette voie; j’ai mieux à faire…

  12. Et pour conclure; Mr Viguier dit bien par ailleurs qu’il a manqué à Fourogue l’action des zadistes; les deux mouvements celui des zadistes plus global sur la lutte à mener, et les recours du collectif, soit judiciaire ou administratif (des nouvelles négociations menées au sein de l’état) sont complémentaires et indissociables; semer le trouble entre les deux reviendrait à fragiliser l’action en cours. Et là je rend hommage à ces courageux qui affrontent aujourd’hui les intempéries de l’hiver dans un habitat aussi précaire; où les cœurs réchauffent les corps dans une dynamique d’ensemble où personne ne doit lâcher personne. Il semblerait que suite à cette polémique Mr Lefetey dans sa dernière intervention télévisée se dissocie un tantinet des zadistes, alors qu’ils font cause commune. Il y a aussi certainement une volonté du collectif d’apparaitre apolitique et plus rassembleur au sein de la population autochtone, contrairement au zadistes, plus radicaux, mais pas moins ouverts, qui créent leur propre mouvement, avant garde des luttes de demain.
    Joyeux Noël à tous…
    Encore merci de l’audience qui m’est faite et de l’excellente tenue des débats.

  13. Mille excuses à tout le monde : j’ai posé à mr Viguié la question sur les arrêtés alors qu’il me suffit de relire « erreur à réparer » . Les 2 arrêtés de la Préfecture déclarant les 2 et 3 octobre 2013
    – la loi sur l’eau concernant le barrage
    – d’utilité publique et d’intérêt général ce même barrage.

    Il faut bien sûr continuer à attaquer en justice ces 2 arrêtés et surtout pas demander à la préfecture de les faire abroger . Enfin bref tout est clairement expliqué dans Erreur à réparer (d’urgence).

    En a parte, j’avais eu au téléphone Lefetey au moment où l’affaire Thévenoud battait son plein pour lui proposer l’idée d’attaquer Carcenac là où ça fait mal : exiger que ce dernier publie sa déclaration de patrimoine vu qu’il a commencé sa carrière comme inspecteur des impôts et qu’il est d’origine modeste pour se retrouver aujourd’hui baron dans son fief protégé par ces gens d’armes.
    Pas de suite.
    Aujourd’hui sénateur Carcenac n’a toujours pas publié sa « déclaration d’intérêt » … C’est pourtant obligatoire suite à l’affaire Cahuzac.

  14. Cela fait plus de 24 heures que mes derniers commentaires sont en attente de validation alors que ceux de Segeric sont assez rapidement publiés. Segeric qui raconte tout et n’importe quoi, qui confond Glenat avec Sivens, déforme mes propos, joue aux aveugles et ose prétendre que le débat est de haut niveau.

    Je ne veux pas phagocyter cette page. Il se trouve simplement que certaines personnes ne peuvent se rendre à vos AG mais ont quand même leur mot à dire, l’idée d’un forum de discussion pouvant élargir le débat, une forme d’agora où même les begues, les muets ou les malentendants peuvent s’exprimer. Vous y avez pensé à ça ?

    Mon positionnement est simple : par rapport à ce barrage et cette histoire d abrogation, n’étant pas juriste je sais néanmoins que Viguié n’est pas un néophyte et comme c’est quand même lui qui a le mieux et le plus travaillé sur Fourogue et qu’avec Sivens on prend les mêmes et on recommence, j’aurais plutôt tendance à lui faire confiance.
    Au niveau national dans l’optique d’une politique politicienne de merde le but n’est pas de rendre la justice mais de trouver un compromis entre Carcenac et sa bande de mafieux institutionnalisés et les opposants au barrage. FNE et Lefetey ont été choisis par le gouvernement pour « représenter » les opposants au barrage de Sivens. Desolé mais moi je ne me sens pas du tout mais alors pas du tout représenté par eux.
    Fourogue a pu être réalisé à cause d’un système de corruption et en même temps d’un manque flagrant de démocratie, l’un engendrant l’autre. Ça recommence avec Sivens avec les mêmes acteurs, les mêmes ingrédients. Mais cette fois, à Sivens, il y a les zadistes, un mort (le fils d’un conseiller municipal pote de Larrouturou Nouvelle Donne, éléments à ne pas négliger) et Bernard Viguié qui connaît plutôt bien son dossier mais qui n’est pourtant pas sollicité par les gentils médias qui nous veulent tant de bien alors que FNE et Lefetey sont sous les feux des projecteurs, systématiquement.

    Une dernière chose, c’est mon avis et je le partage, axer l’opposition au barrage de Sivens (comme d’ailleurs Roybon avec Pierre & Vacances déficitaire de plus de 23 millions d’euros mais bénéficiant malgré tout de subventions publiques avoisinant les 100 millions d’euros …) AUTANT sur l’aspect corruption des élus et le manque de démocratie qui va avec que sur l’aspect environnemental permettrait de fédérer beaucoup plus !!! Vous remarquerez que ni FNE ni Lefetey ne martèle sur ces deux paramètres.
    Et si en plus vous vous désolidariser de tous les opportunistes de « gauche » (tout appareils politiques, partis, en règle générale) vous federerez encore plus.
    C’est mon avis.
    Merci de me publier même si vous n’êtes pas d’accord avec moi.

  15. Bonsoir à vous,

    Le Tarn Libre du 25 apporte une extraordinaire confirmation au pt de vue selon quoi l’abrogation pourrait être une sortie de crise.
    Politiquement ça pourrait sauver la majorité en place.

    C’est Foissac et Entraygues qui lèvent le lièvre. Je cite :

    « On aurait dû demander l’abrogation des arrêtés d’octobre 2013, le conseil général risque de se retrouver dans une impasse en janvier(…).
    Si les choses ne se clarifient pas rapidement on peut craindre que le conseil général, la majorité sortante, se trouve, à deux mois du renouvellement électoral dans une impasse grave avec des risques de fracture et de division qui auront des conséquences graves sur le climat politique. »

    Commentaire sous forme de paraphrase : ne pas demander l’abrogation, c’est permettre à la droite de tout rafler, et à Foissac de gicler avec.

    Demander l’abrogation c’est permettre à la gauche de sauver les meubles, à Carcenac, de remettre le couvert, et à Foissac de rester en place.

  16. Bien; pour répondre à Dodd, mes commentaires sont aussi en attente de validation et au moins dans les mêmes temps. Un forum, j’en ai fait aussi la proposition. Je vois votre ressentiment à mon égard, mais je ne déforme pas vos propos; je vous cite…
    Je ne prends pas part à la polémique, je met seulement en garde contre de possibles divisions qui nuiraient à la lutte en cours, je ne confond pas Glénat et Sivens, je les associent dans ce sens que ce sont deux pays paumés en rase campagne, et que de Glénat, j’ai amené deux arbres symboliques à replanter à Sivens lors l’hommage rendu à Rémi. Je suis paysan, j’ai aussi milité, contre les poubelles radioactives, avec la même ferveur, vu les dissensions qui s’opéraient entre associations citoyennes et asso citoyenne et élus, plus consensuelle, mais aux commandes pour refuser cette poubelle à nos portes, un peu comme à Sivens avec ce conflit, où les radicalités s’affichent dans une opposition qui me semble stérile.
    Enfin je ne fait que citer des faits; si la bataille juridique a bien fonctionné pour Fourogue, ce barrage existe bel et bien néanmoins! Je raconte n’importe quoi?…
    Deux propositions s’affichent:
    – Les actions judiciaires; référé de suspension
    – Les actions politiques: négocier directement avec les pouvoirs publics, dont la violence les a amené à l’impasse où ils sont aujourd’hui.
    Je ne voudrais pas être cynique; mais c’est bien le drame de la mort de Rémi Fraisse qui a interrompu les travaux, et là la justice devra rendre raison de cette violence!!..
    Moins de véhémence et plus d’humilité nous convaincrez mieux du bien fondé de votre argumentaire. Imiginez un pecno de la FNSEA en train de nous lire…
    Je trouve instructif le commentaire de zadiste dans le rétro, qui pense, comme moi, que le collectif Testet surfe sur une vague politique opportuniste pour obtenir l’abrogation, dans une urgence de crise.
    Bien sûr que nous attendons tous que justice soit rendu dans cette affaire ou conflit d’intérêt voire de corruption sont au mépris de la démocratie, de l’environnement et de l’injustice faite à ce qui porte la lutte sur le terrain. L’arrêt définitif sera une première victoir; pour ma part, et cela n’engage que moi, je suis optimiste, ce barrage n’aura pas lieu; et pour les prochains projets inutiles, il faudra bien légiférer autrement pour que dorénavant les enquètes d’utilité publique ne soient plus de sombres discours de com où les citoyens n’ont aucune part dans la consultation.
    Sur un aspect plus général de la classe politique, de la république, vous prêchez un convaincu; oui à la démocratie participative, non au tribunal populaire…

  17. Je vous le dis franchement : je n’ai aucune idée si stratégiquement la position du Collectif Testet vaut plus que celle de M.Viguié. Ce dont je suis sûr, c’est déjà que certains se plaisent à faire peur (et à se faire peur sans doute). Admettons que le « complot » des tours jumelles soit évident pour tous (ce qu’il n’est pas), la comparaison avec l’abrogation dans ce contexte est à mon avis bel et bien « conspirationniste » ! Ce barrage et tous les « grands projets inutiles et destructeurs » concernent toute la société voire l’humanité, mais il ne faut pas oublier que si à Sivens la lutte existe, c’est avant tout parce-que le Collectif Testet s’est crée. Si il n’a été crée qu’en 2011, la lutte locale existe depuis plusieurs décennies. Alors, insinuer que des locaux (dont des paysans) sont à la botte du pouvoir, c’est au mieux irrespectueux.
    Bonne année !

    • Jeremy, personne ici n’a jamais dit que « les locaux étaient à la botte du pouvoir » ! Déjà, est-ce que vous pourriez admettre que vous n’arrivez pas à lire et reformuler correctement ce que vous lisez ?

      Quand à la comparaison avec la problématique des tours du WTC, elle est évidente pour moi. Je constate que le haut de la tour descend à la vitesse de la chute libre. J’en déduis qu’il ne peut s’agir que d’une démolition contrôlée. Je n’ai aucune émotion particulière qui me vient, c’est de la pure logique. De même, je constate que juridiquement parlant, quand on veut gagner l’annulation des arrêtés, c’est un contre-sens et c’est contre-productif d’en demander l’abrogation. Parce qu’il n’est pas question de négocier quoique ce soit : ce qu’ils ont fait depuis le 2 octobre 2013 doit être déclaré illégal ! Donc, il n’y a pas d’abrogation à demander, si l’on défend les militants inculpés. Donc, cela ne peut s’expliquer que par le fait que les juristes poursuivent des buts différents des notres, c’est tout. C’est d’ailleurs très clair quand on voit que Terrasse, qui s’epxrime à la télévision, qui fait le buzz pour EELV chez Médiapart, et qui n’évoque jamais l’annulation des arrêtés, mais toujours leur abrogation. Il faut le dire parce que sinon, tout semble glisser comme de l’eau sur une planche savonnée.

  18. J’ajoute : La justice du système est injuste. On peut s’en servir lorsque c’est stratégiquement intéressant, mais on ne rendra jamais justice à un écologiste tué par les forces de l’ordre.

    • Ok Jeremy, j’ajoute :
      Si personne ne va faire tomber le masque du pouvoir à Sivens, si personne ne va voir les flics avec une pierre dans la main, qui va se rendre compte que cette décision de barrage est insupportable ?

      Si nous ne cherchons pas à gagner en « justice » dans ce système, qui va se rendre compte que ce système de « justice » n’est pas juste ?

      Ce n’est pas le résultat qui compte, mais le processus. C’est ce que nous faisons aujourd’hui qui est important et non pas ce que va décider un juge de ce système demain, dans un an, dans dix ans.

      Ce qui m’apparaît comme une évidence, c’est que les juristes de FNE, Alice Terrasse, la juriste du collectif Testet sont des gens qui tendent à perpétuer le système de domination. Ils accaparent les données, ne se parlent qu’entre « experts » et font la négation de nos commentaires, comme si nous n’existions pas, exactement comme la Préfecture se comporte : la domination a mille visages.

      • C’est que la lutte aujourd’hui se passe dans les bureaux, loin des acteurs qui se sont sacrifiés en résistant aux violences policières, que cela devient un débat d’expert, tel est le deal. J’entend bien qu’il faille rester vigilant, je ne sais pas quel sont les statuts du collectif testet, mais il est important qu’il reste connecté avec sa base et tous les militants; si cela fait défaut alors en appeler à plus de transparence..

      • Segeric dit « Tel est le deal ».
        Il n’y a jamais eu de deal.
        Personne n’a jamais accepté que ces technocrates se la jouent perso dans leurs bureaux, entre eux. Ils ont une position de domination, ils s’en servent, c’est insupportable. Vous dites ici et là que ma réaction « violente » nuit à ma cause. Mais qu’est-ce que c’est que la violence ? Chacun à son niveau définit la ce qui est violent. Moi je ne supporte pas cette domination, cette rétention d’information, parce que j’ai jamais retenu une seule information pour mes intérêts corporatistes dans cette lutte. Je préfère bouziller leurs réunions de merde, hurler, plutôt que de laisser croire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Comme disait Günther Anders, « et si je suis désespéré, que voulez-vous que j’y fasse ? ».
        Les juristes de FNE, Terrasse, ne sont pas des « amis » que je devrais épargner coûte que coûte. Quand un véritable ami fait une connerie, je lui dis. Si c’est un ennemi, je ne lui dis pas, je le laisse continuer. Qu’ils arrêtent de se croire les meilleurs seuls dans leurs coins, niant les effets bénéfiques de la diversité, même dans leur spécialité. Qu’ils descendent d’un étage tous ces diplôméEs hautainEs.

  19. Quand je parle de deal, je dis simplement qu’il est effectif, c’est à dire dans les faits. Que le collectif par ses représentants et avocate soient à la manœuvre, ne surprend personne qui suit l’actualité de loin comme moi mais qui s’intéresse de près à cette histoire, parce qu’en sympathie avec le mouvement zadiste (anarchiste, je préfère libertaire..). L’histoire du Collectif fait de lui le premier intervenant et premier interlocuteur.
    Par ailleurs, et s’il y a bien un climat tendu par cette polémique entre les Bouilles et le Col testet, les deux sont complémentaires dans l’histoire, et je ne pense pas qu’il en est qui travaille dans le dos des autres, et surtout contre les autres, car enfin l’objectif reste le même pour tous. Seule la façon d’y parvenir diffère et les oppose. Le Collectif Testet se concentre sur le barrage tandis que sur le terrain, les autres défendent ce qui reste de la zone humide dans un objectif plus vaste d’un autre vivre ensemble avec toutes les alternatives qu’ils proposent, en même temps qu’ils résistent et s’érigent en lanceurs d’alertes.
    Reste le fonctionnement du Collectif, associatif je suppose, donc soumis à certaines règles du milieu associatif, avec des votes etc…Si il y a un véritable disfonctionnement, à savoir une opacité des négociations menées sans compte rendu, et bien il faut s’en inquiéter et demander plus de transparence. J’entend bien votre argument, qui aime bien châtie bien.
    Quand à la position de domination, chez l’humain la question n’est pas réglée, à un moment donné de notre évolution il y a eu un bugg; nous aurions du descendre du bonobo, dont l’organisation sociale est différente, surtout dans leur manière de régler les conflits…
    Si ces « gens là » vous paraissent trop haut, alors mettez vous à leur portée; on peut tout dire, le reste est dans la manière; même si l’on est désespéré, il reste toujours quelque chose à faire.
    Reste la position de Mr Viguier, pertinente à n’en pas douter; mais qui n’a pas convaincu le collectif. Est ce que sera dommageable? C’est ce qu’il pense aussi, en attendant il n’est que d’attendre, car c’est bien l’état en la personne de Ségolène Royal qui donne le ton, plus vers la négociation que l’action judiciaire, fallait il ne pas y aller (et poser l’abrogation en préalable), n’y avoir rien à dire, sinon signifier sa seule opposition au projet, laisser ce débat à ceux d’en face: le FNSEA et consors; il est des choix cornéliens, hélas; où le collectif a du trancher, sans doute même avec quelques tractations où le Conseil Général veut une sortie de crise par le haut quand le collectif a bien des atouts en main aujourd’hui, nés de la stupidité du même Conseil général dans la gestion des travaux sous escorte policière.
    Je vais vous dire, moi qui suis ces évènements depuis la presse, les images diffusées, le site des Bouilles, je savais à l’avance qu’il ne fallait plus qu’un mort pour que ce projet s’arrête. Carcenac est resté sourd à ce risque de plus en plus évident devant la violence policière qui n’a cessé de monter jusqu’à ce que…Et patatra, de cette funeste entreprise tout s’effondre, la machine à faire du barrage a un sérieux caillou dans ses rouages.
    Mais rien n’est encore gagné, et encore moins pour les jeunes zadistes qui n’en sont qu’à leur début d’une lutte pour les générations futures. Je leur souhaite bon courage…

  20. Chers zadistes,
    Chère Camille,
    Cher Camille,

    J’attends depuis plusieurs jours la suite de cette abrogation qui aura lieu, si ce n’est déjà fait. Je l’attends à travers le prisme des médias de merde, dépêche qu’il faut savoir décrypter et certains d’entre vous y arrivent autant que moi (tel zadiste dans le rétro ou rodilargue bafouye et encore d’autres).

    http://m.rfi.fr/france/20141229-2014-france-annee-fronde-zadiste-sivens-fraisse/

    Le dernier paragraphe de cette dépêche, éloquent, en dit long sur la suite et la tournure des événements à venir. Ça sent pas bon ! (et c’était prévisible). Lefetey et son réchauffement climatique ne vous abandonne pas puisqu’il ne vous a jamais suivi. C’est juste un expert … en vaseline.
    Attention, c’est pas n’importe quelle vaseline. D’abord elle est bio, concoctée dans un bureau d’études avec de grands moyens car financée par de l’argent public (le public est toujours très généreux dans ces cas là) et enfin c’est de la vaseline durable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s