Sivens – Communiqué de presse du Collectif des Bouilles

SIVENS : FAIRE BARRAGE

Lundi 9 septembre, le projet de territoire du bassin du Tescou a franchi une nouvelle étape. Cet épisode a révélé la mascarade que constitue ce prétendu “projet exemplaire de co-construction”. Depuis le début du processus, informations réelles et données scientifiques peinent à émerger face à la pression politique et à l’avidité brutale du lobby agricole qui biaisent les débats. Le texte issu de cette réunion a ainsi toute l’ambiguïté d’une langue de bois habilement maîtrisée par celles et ceux qui œuvrent à la fabrique du consentement. En effet, ce texte dit tout et son contraire, sonne différemment selon qu’il est interprété par les opposant.e.s au barrage ou par ses partisan.e.s. “Consentement” ou “consensus”, “ouvrage” ou “retenue”, les mots employés semblent volontairement rechercher l’équivoque. Ce qui apparaît, avec clarté et évidence, c’est le flou qu’entretient cette décision finale, un flou destiné sans doute à faire avaler toutes les couleuvres.

Il est regrettable et scandaleux que des élu.e.s, amplement relayé.e.s par les médias, jouent sur l’ambiguïté de ce texte pour le plier dans le sens qui leur convient, celui d’un soi-disant consensus qui serait obtenu pour la construction d’un barrage. Cela relève, à nos yeux, d’une volonté délibérée de manipuler l’opinion publique.

Nous ne sommes pas dupes de ces malversations langagières : habitant.e.s du Tarn et du monde, attaché.e.s à notre territoire, et plus largement attaché.e.s à la protection d’une nature dangereusement menacée par la prédation capitaliste, nous exprimons sans ambages notre opposition à tout barrage sur le Tescou.

Nous récusons la légitimité de ce projet de territoire, qui n’est exemplaire qu’aux yeux du président du Conseil Départemental et de ses conseillers-ères, inféodé.e.s au lobby de l’agrobusiness et happé.e.s par leurs ambitions politiques plutôt que préoccupé.e.s par la défense du bien commun. Nous rappelons que ce projet de territoire a été entaché de dysfonctionnements et caractérisé par des pratiques douteuses qu’ont pu dénoncer certains des acteurs ; que le collège de citoyen.ne.s tiré.e.s au sort qu’il devait comporter ne fut qu’une entité fantoche ; que les participant-e-s qui le constituent ne représentent en aucun cas la population et que leur majorité s’est évertuée depuis le début à le réduire à la question du barrage alors qu’il prétend être un “projet de territoire”. La décision à laquelle il a abouti le 9 septembre ne témoigne nullement d’un souci de l’urgence climatique, de la volonté de promouvoir une agriculture relocalisée et respectueuse de la nature, d’une réflexion pour œuvrer à la réduction nécessaire des besoins en eau.

Contre cette décision et son manque de clarté, face aux destructions généralisées et irréversibles du capitalisme, nos arguments en faveur d’une agriculture réellement écologique et soutenable tout autant que notre attachement à la préservation de notre territoire sont plus que jamais d’actualité. À l’irresponsabilité des décideurs départementaux, nous opposerons donc à nouveau une détermination à la hauteur des enjeux du moment.

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles

Bouilles Hebdo du 6 au 12 juillet 2015

Mercredi 8 juillet

Lundi 6 juillet

[Dimanche 1er février 2015] Des miliciens bloquent les entrées à la Zad !!

7/2/15 :

5/2/15 :

Dimanche après-midi 1er février la gendarmerie a pris en flagrant délit un individu qui tailladait des pneus au cutter sur la D14 à quelques km de l’entrée « Maison Forestière de Sivens » en direction de la commune des Barrières. Il a été auditionné par le gendarme : Comme mobile, il a déclaré qu’il croyait que le véhicule appartenait à une personne s’opposant au barrage.

Dimanche 1er février 2015 : blocage de la route par une escadrille cosmopolite de pro-barrages et de milichiens

Dimanche 1er février 2015 : blocage de la route par une escadrille cosmopolite de pro-barrages et de milichiens

1er février : les flics empêchent les gens de sortir et de rentrer de la vallée du Testet

1er février : les flics empêchent les gens de sortir et de rentrer de la vallée du Testet

Autre témoignage :

A la nature et pour une agriculture solidaire.

Comme citoyen,je suis stupéfait de constater que la gestion des problèmes par les autorités de ce département ne fait qu’empirer. Ayant été refoulé par les nervis de la fdsea , cdja, chasseurs  qui m’ ont empêché de rendre visite à un éleveur et de participer à la journée mondiale des zones humides je me suis trouvé faire le point de la situation dans un lieu privé à Gaillac,

C’est alors que le corps d’élite de la gendarmerie de Gaillac a missionné un groupe de soldats,  sans doute mal informés ils ont choisi de forcer des personnes en réunion plutôt que de courser les miliciens  armés de barres de fer.

Dans leur action emportés par un élan guerrier, ils ont  exhibé toutes sortes d’armement et notamment un pistolet Taser avec lequel ils ont
courageusement menacés directement un homme âgé qui était venir s’ enquérir des raisons de ce vacarme.

Je veux rappeler aux autorités qui abusent et à mauvais escient dans cette circonstance de l’usage des forces de l’ordre que le Taser est une arme létale et  cause de plusieurs décès. Il serait temps d’en démunir ces corps de gendarmerie dont le comportement s’apparente trop souvent à celui de troupes d’occupations passant à l’assaut. Une bavure est si vite arrivée, force est de constater que les événements du mois d’octobre n’ont pas servis de leçon.

Combien vous faudra t-il de victimes avant que vous ne renonciez à la violence.

Car utiliser les milices pour justifier des dérapages et l’intervention des forces de l’ordre à sivens ne résoudra pas les problèmes que pose pour la société et son environnement les excès de l’agriculture industrielle. Je  demande que le corps de gendarmerie de Gaillac soit  dissous et la police assurée par des personnes faisant preuve de plus de modération, de moins de parti pris .

La ministre de la justice devrait se pencher sur le cas d’élus locaux qui outrepassent leur fonction en validant et couvrant ces actes de violences.

Pascal agriculteur et éleveur

Autre témoignage :

Suite aux violences qui ont eu lieu à Sivens ce dimanche 1° février,
Je me permet de vous adresser quelques informations
Présent sur les lieux, j’ai pu moi-même constater le support de la
gendarmerie aux agriculteurs «pro-barrage» et aux miliciens pour entraver la circulation sur toutes les voies publiques donnant accès au site de Sivens.
J’ai pu entendre les propos chargés de menaces des « pro-barrage », voir les violences exercés par ces milices armées et constater la passivité à la limite de la complicité des gendarmes.

Devant la gendarmerie de Gaillac, les violences en toutes impunités des mêmes 5 voyous arborant des sweat-shirt noir avec dans le dos «Brigade antiPelluts -Soutien aux gendarmes de Sivens» ne peuvent que mener à des débordements.

Après l’agression d’un jeune photo-journaliste et destruction de son matériel, l’agression de deux autres personnes dont une journaliste, trois français d’origine maghrébine, un élu, maire d’une commune du Tarn, menacé et dommages causés sur son véhicule à coup de barre de fer… des vandalismes sur d’autres véhicules…

Nous nous sommes sentis tous en danger. Nous sommes tous témoins, en France devant une gendarmerie des personnes ont été molesté, traumatisés.
Nous avons vu la gendarmerie attendre sciemment que la situation dégénère avant d’intervenir.
Nous avons vu les gendarmes cerner les personnes pacifiques et laisser les 5 voyous partir sans être inquiétés.
Les gendarmes ont absolument refusé d’enregistrer des plaintes autres que de dégradation de matériel.

Il y a des recours, créé par l’EU, une instance existe dans tous les
pays de l’EU, pour défendre les droits des usagers des services
publics.
Le Défenseur des droits est chargé d’améliorer les relations entre le citoyen, l’administration et le service public, notamment par la médiation.
http://www.defenseurdesdroits.fr/connaitre-son-action/la-mediation-avec-les-services-publics/presentation

C’est le meilleur moyen de dénoncer officiellement les faits d’hier.
De lutter contre les formations de milices fascistes soutenues par les forces de l’ordre, lutter contre toutes formes de violence et pire encore racistes.

La plainte pour être recevable doit être adressée contre le Préfet du Tarn.

A bientôt.

Nous nous devons d’être solidaires, d’informer et d’agir.

Sige Aeon

4/2/15 :

3/2/15 :

  • Communiqués du PIF (Pelluts International Front), du PAF et du POUF.
  • 3/2/15 : Une dame venue de loin pour voir un membre de sa famille sur la ZAD, profitant de la journée d’événements organisés, s’est vue bloquée, encerclée par les milichiens, menacée ; les gendarmes sont intervenus pour qu’elle puisse… repartir. Aujourd’hui, cette mère de famille a peur pour sa fille à cause de ce qu’elle a vu. Et voilà ce qu’elle a vu : quelques rares photos de cette journée « mexicaine » au Testet :
nouveau

Voilà l’élue Pascale Puybasset, adjointe au maire de Lisle-sur-Tarn en rouge, présidente de l’AVET (Association Vie Eau Tescou), entourée par les pro-barrage de l’association, des milichiens et la gendarmerie. La manifestation bloquante était-elle déclarée en Préfecture ? Pour quelles raisons ce blocage ? Où sont les tracts, les justifications d’une telle entrave ?

Voilà ce qu’on peut lire sur le site http://testet-sivens.com :

« La tension monte au sein des riverains que la presse locale surnomme les « Pro-Barrage », « On n’en a rien à foutre du barrage, nous, ce qu’on veut, c’est que les zadistes dégagent » revendiquent la plus part des riverains, « il est innacceptable qu’une minorité d’anarchistes, voyous, voire même un ou deux paysans « paumés » qui les soutiennent, puissent dicter au peuple comment on doit penser, agir. eh ben NON, BASTA !, VOLEM VIVRE AL PAÏS !… »

La présence de Pascale Puybasset, présidente de l’AVET, de ses collègues de l’association démontre le contraire : ils sont là pour le barrage, depuis le début. Ils disent qu’ils aiment leur pays mais ils défoncent la zone humide et après ils viennent la queue entre les jambes réclamer leur vallée comme un dû, le fameux « on est chez nous »… Mais si vous y teniez tellement à votre « chez vous », fallait pas vouloir ce projet de « retenue », non ?

puybasset-and-co

Pascale Puybasset en discussion avec ses milichiens qui bloquent la voie publique sous le regard des gendarmes.

Qui sont les terroristes ? écrivait-on le 14 décembre 2013, il y a déjà plus d’un an. Voyez les photos de l’endroit de la digue ce jour-là. Et regardez ce qu’ils en ont fait aujourd’hui…

PASCALE PUYBASSET A-T-ELLE LU LE RAPPORT FORRAY-RATHOUIS ? NON ?

Témoignage :

Bonjour,

Souhaitant participer à la Journée des Zones Humides pour assister à des animations découverte du milieu et me tenir au courant de l’évolution du projet de barrage de Sivens je me suis rendu au lieu dit Barat.

 

Là, comme d’autres, je me suis vu interdire, par des partisans du projet de barrage, la libre circulation sur la départementale D32. Je n’étais pas informé de leur présence. Si, après m’être présenté, j’ai pu débattre avec certaines personnes, je me suis fait insulter et menacer par quelques autres. Menaces verbales et menaces physiques. Certains ont photographié mon véhicule.

 

Ne cherchant pas la provocation, je suis retourné directement à Gaillac où j’ai retrouvé d’autres opposants au barrage. Peu de temps après (aurai-je été suivi?) des « pro-barrage » circulaient dans les rues de Gaillac armés de barres en fer et manches de pioches. En tant qu’élu, Maire de St Amancet (Tarn), j’ai essayé de m’interposer alors qu’ils voulaient s’en prendre à des jeunes. J’ai été à nouveau menacé. Les gendarmes sont intervenus sans désarmer ces hommes. Puis, sous prétexte d’une agression sur un « pro-barrage » (fait encore à prouver…) les gendarmes ont tenté de pénétrer à l’intérieur d’un appartement privé où se tenait une réunion.

 

Quand j’ai rejoint mon véhicule, rue des Côtes du Tarn à Gaillac, j’ai constaté que le pare-brise et une vitre latérale avaient été détruites à coup de barre. Les impacts sur le pare-brise ne prêtent pas à confusion.

 

Accompagné par quelques personnes, je suis allé déposer une plainte à la gendarmerie de Gaillac. Quelques minutes après ma sortie des bâtiments de la gendarmerie, les mêmes hommes, armés des mêmes ustensiles, sont arrivés devant la Gendarmerie. Malgré mes appels à l’aide dans l’interphone, les gendarmes ne sont sortis que lors de l’agression d’un photo-journaliste stagiaire qui tentait de faire des images. Les gendarmes ont séparé les deux groupes et ont laissé partir les agresseurs. Connaîtrons-nous leurs identités? Seront-ils inquiétés ou devons nous attendre un nouveau drame?

 

Une sale journée, très inquiétante si des miliciens armés (en treillis, brassards oranges, sweat-shirt noir à cagoule avec un logo «Brigade antiPelluts -Soutien aux gendarmes de Sivens») peuvent faire régner la terreur dans une ville comme Gaillac. J’ai été choqué, il y a déjà quelques mois, par la violence développée autour de Sivens, et ceci quelque soit le bord. En tant que citoyen et maire, c’est pour moi inacceptable. Des opinions différentes concernant un projet de barrage doivent pouvoir s’exprimer et ne justifient aucune violence et dégradations!

Je continuerai à lutter dans ce sens quelques soient les menaces. Bien cordialement,

Patrick Rossignol — Ferme de sejour « En Rives » Patrick Rossignol St Amancet 81110 Dourgne Tel : +33(0)5 63 50 11 21 Courriel :pr@enrives.eu

Autre Témoigagne :

Les gendarmes se sont pointés comme des dingues (une dizaines) au pied de la réu qui se tenait en centre ville accompagnés par des fafs (peut-être était-ce des gendarmes déguisés autrement ?) qui nous filmaient et qu’étaient « déguisés » avec des sweats comme çà. Sur les lieux, auparavant certains avaient collé des auto-collants fachos du MAS (mouvement d’action sociale). Salut à vous et bon courage.

soutiengendarmesSivens

[18h] Un communiqué de membres de la coordination des opposants et PG 81, Tarn 81. Pro-barrages et gendarmes : même combat ?
A lire notamment pour prendre  connaissance des circonstances rocambolesques dans lesquelles s’est tenue l’AG cet après midi…

LES PROS par Seb T (01-02-2015)

LES PROS par Seb T (01-02-2015)

[17h] Gaillac : alors que l’on attend les copains en train de déposer à la gendarmerie, 5 gros bras débarquent en véhicules, très excités, dont un armé d’une barre de fer. Brassard orange, sweat shirt noir à cagoule, avec logo « Brigade anti Pelluts – Soutien aux gendarmes de Sivens ». C’est la milice. Ils nous provoquent. On essaie de discuter tant bien que mal, en se demandant qd les gendarmes (qui observent depuis l’accueil de la gendarmerie) vont intervenir. Finalement ils rappliquent alors qu’un copain se fait fracasser son appareil photo par un milicien …C’est nous les méchants apparemment, les gendarmes sont culs et chemises avec  la milice. Ils escamotent la barre de fer et raccompagnent ces messieurs à leur véhicules. Hallucinant.
Du coup, on attend le copain journaliste qui dépose plainte à son tour !

[16h] RENDEZ-VOUS devant la gendarmerie à Gaillac, la convergence des résistants va porter plainte contre les nombreuses exactions perpétrées ce matin par les miliciens pro-barrages avec la complicité des forces de l’ordre aux abords de la vallée du Testet. Ce matin, un maire d’une commune du Tarn, s’est fait agressé par les miliciens pro-barrage , s’est fait casser pare-brise et vitre latérale de son véhicule. Un militant retraité s’est vu ouvrir la voiture par les miliciens qui lui ont volé des affaires personnelles qui étaient à l’intérieur. Plusieurs personnes ont été violemment bousculées, empêchées de filmer…

[12h] Un camion de pompier venu parce qu’un occupant a fait un malaise a été empêché pendant 1/4 d’heure d’accéder à la vallée par les miliciens, sous le regard débonnaire des gendarmes.

Autre info : les para-militaires en quad et 4×4 seraient payés par des agriculteurs, c’est ce qu’on a pu recueillir comme info ! On a donc raison de les appeler des miliciens en bande organisée ! Ils circulent librement, s’en prennent aux gens qui viennent dans la vallée, librement. Un copain chassé par les quads au voisinage de la ZAD.

Aux zad militants !! Appel à tous les médias honnêtes, aux auto-médias, aux gens en soutien à venir constater le blocage en force de la Zad par des milices en tenue de chasseur avec la complicité des Gardes Mobiles. Soyez groupés et calmes, en face ils cherchent la bagarre.

Depuis 9h30 ce dimanche des dizaines de pro-barrages couplés aux Gendarmes Mobiles bloquent les entrées et sorties de la Zad du Testet. La D32 avant Barat ainsi que l’accès D132 depuis D999 sont bloqués par le véhicules des pro-barrages en travers des routes et les gens sont refoulés. Les 4 fourgons de GM postés au carrefour de Barat et ceux aux autres entrées laissent faire (consentent) les pro-barrages !!! Attention, les chemins de traverse sont, eux aussi, gardés ce matin, par des flics qui bloquent aussi ces entrées (mais quelques militants arrivent à passer).
Leur objectifs ? :
Empêcher la tenue des AG du jour des résistants au barrage. A 10h devait se tenir l’AG de coordination, à 14h l’AG du collectif Bouilles pour organiser la suite de la lutte.
Empêcher en cette journée mondiale de zones humides que l’on accède à celle du Testet qui a déjà tant souffert.
Encore et toujours les pro-barrages tiennent à leurs bas intérêts personnels : du pognon pour des cultures aux pesticides, des subventions ou vol d’argent public, des magouilles pour leurs collusions d’intérêt et que leur importe la planète, le vivant, les générations futures !!

SCANDALEUX ! Ce 1er février, journée mondiale des zones humides, défendons la Zad du Testet ! De toute évidence nos réunions et notre union face à leur déni d’écologie, leur fait peur. Soyons plus nombreux.euses encore !!! Venez avec vos appareils photo, vos caméras et votre calme défendre le Testet!!

Telle est la situation à 11h10, rdv et actualisations à suivre dans la journée.

 

[21 Février 2015] APPEL – Toulouse, manifestation en soutien aux ZAD et contre le monde des bétonneurs.

Le 21 Février à Toulouse, manifestation en soutien aux ZAD et contre le monde des bétonneurs.

21fev_prop03_web-3865b Manif_21-02

La mort d’un homme le 25 octobre 2014 face aux forces de l’Etat sur la ZAD du Testet a marqué le début de deux mois de lutte à Toulouse, où se sont succédé manifestations, actions publiques et occupations. Ce mouvement fait écho à ceux qui animent les ZAD, à Notre-Dame-des-Landes, au Testet, et ailleurs, là où une occupation s’est installée pour s’opposer aux projets nuisibles de l’Etat. Les modes d’organisation et de vie commune expérimentés sur les ZAD ont été mis en pratique à Toulouse, dans les espaces arrachés un moment au contrôle de la Métropole.

Par « Métropole » nous désignons l’organisation autoritaire et destructrice du territoire mise en place par l’Etat et les multinationales qui aménagent nos vies. Un véritable rouleau compresseur, qui réduit les milieux de vie à leur capacité de captation et de gestion des flux, conforme les lieux et les pratiques aux impératifs du marché, et étend dans toutes les directions ses tentacules d’infrastructures d’acier et de béton. Ici un aéroport, là une voie rapide, une retenue d’eau ou un parc à touristes.

Sur les ZAD comme à Toulouse, l’enjeu est bien le même. Il s’agit de reconquérir notre autonomie politique et notre capacité à s’organiser. Mais aussi de reprendre en main nos existences, de faire vivre et de défendre collectivement nos territoires. De se réapproprier ce que la Métropole a confisqué. D’ouvrir des brèches dans le monde morbide que nous construisent les aménageurs, pour y réinsérer de la joie de vivre, de la création, de la diversité et du bonheur.

Il y a un an, plusieurs dizaines de milliers de personnes convergeaient à Nantes pour dire leur refus de l’aéroport et de son monde, celui qui impose la subordination d’un bout de bocage à la métropole Nantaise. Mais aussi pour soutenir la ZAD, porteuse d’un autre monde plus respectueux de l’humain et du vivant. Face à ce mouvement populaire, l’Etat se crispe, réprime, mutile et tue.

Les événements récents renforcent notre volonté d’exprimer notre souhait d’un monde différent. L’ « union républicaine » proclamée de toutes parts s’accompagne de la militarisation de l’espace publique et prépare le terrain pour des lois sécuritaires, qui donneront de nouveaux moyens à la répression d’Etat. Face à ces dérives, nous sommes déterminés à défendre les ZAD pour continuer à y construire des expériences et des pratiques communes.

Il ne se passe plus un mois sans qu’un ministre promette la fin d’une ZAD. Force est de constater que nous opposons à la vanité des réactions de la classe dirigeante la puissance de nos actions et de nos convictions. Les ZAD essaiment. Il faut les soutenir.

Le 21 février à Toulouse, à 60 km de la ZAD du Testet, rassemblons-nous nombreuses et nombreux à nouveau. Nous montrerons notre force créatrice au cours d’une manifestation, dans toute notre diversité. Nous ouvrirons une nouvelle brèche dans le monde formaté de la Métropole, chacun-e à notre manière. Nous nous réapproprierons nos espaces. Notre regroupement massif et éphémère sera le pendant de l’émergence progressive des mondes nouveaux porté par les ZAD.

Tous à Toulouse samedi 21 Février 2015 !

Voir tous les détails sur la page du collectif ZAD31

[Mardi-Mercredi 2-3 décembre 2014] Infos et actualités

PROGRAMME du week-end : 5-7 décembre, ensemble contre les projets nuisibles et imposés.

Ce soir mercredi sous le chapiteau de la ZAD :


Ce matin à l’usine de Nobel Sport (Finistère) : 150 manifestants défilent devant l’entreprise d’armes de Pont de Buis.

Ce matin, dans la forêt de Chambaran, les ouvriers voulaient reprendre leur sale boulot pour pouvoir être payés (entendu à 8h10 sur France Culture). Honte à leurs chefs et les politiques de les laisser crever pour qu’ils aillent au devant des opposants !


Athènes, en ce moment même :

Réoccupation populaire de l’Ecole Polytechnique à Exarcheia, 41 ans après les événements de novembre 1973 (des anciens ont les larmes aux yeux et pensent que nous vivons un autre moment historique), et barbecues de bus et banques aux fines herbes aux alentours.

L’ambiance dans l’enceinte de ce lieu historique est extraordinaire. Les CRS suréquipés n’arrivent pas nous déloger. Beaucoup de tags à la mémoire de Rémi Fraisse et en soutien à la grève de la faim du jeune emprisonné Nikos Romanos. Distribution solidaire de sérum, citrons, mallox contre les lacrymogènes balancés comme du napalm depuis l’extérieur. Ça dépave, ça débat, ça écrit sur les murs et sur les corps, ça chante. Que la fête commence ! On attend vos messages de soutien !

Yannis Y
membre de l’assemblée d’occupation de l’Ecole Polytechnique

Aux cuisiniers autonomes grecs :

Les seules frontières réelles sont celles qui séparent celles et ceux qui ont la conscience et le respect du Vivant, de celles et ceux qui exploitent les peuples et la planète.

Du Testet à Exarcheia, unité solidarité et autogestion !


Le rapport de l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale commandé par Cazeneuve à propos des opérations maintien de l’ordre à Sivens vient d’être rendu public.
Un premier article du Monde s’en fait l’écho en insistant sur la nuit du 25-26 et la mort de Rémie Fraisse (« pas de faute professionnelle de la part des gendarmes« ,  « l’enquête judiciaire de déterminer l’exacte responsabilité et le degré de responsabilité imputable au lanceur »).
Ce rapport évoque aussi l’évacuation de GaZAD (la grenade lancée par un PSIG dans une caravabe occupée) et la vidéo d’un gendarme qui se défoule à coup de pieds sur un copain (pas de pb, le sac à dos  amortit les coups !). Il est téléchargeable ici.

Réactions qui nous sont parvenues :

Le fossé manquant dans les cartes de la gendarmerie

Le fossé manquant dans les cartes de la gendarmerie


 

Longue vie à la Marquise (la MarquiZad), premier lieu occupé sur la toute jeune ZAD de Roybon. Ici, un document avec toutes les infos que l’on a reçu suite à la marche de ce week-end. Là, la vidéo du communiqué de naissance.
C’est parti pied au plancher, toutes les infos sur le site : https://zadroybon.wordpress.com/


 

Plein de choses en préparation sur la ZAD du Testet :

toujours de la construction alors on a un besoin urgent de planches et/ou des palettes, de  baches, et de chaux pour les finitions !

mercredi 3 décembre  de 19h à 23h sous le chapiteau derrière la maison des Bergers, la chorale de chants révolutionnaires « La Canaille du Midi » s’invite sur la ZAD Humide du Testet et ramène du rouge et des paroles de chansons à partager ! Chacun-e ramène son pich-nique pour le soir. Ami-e-s des chants révolutionnaires, de la joie et la musique: Venez nombreux !

le programme du week end prochain (sur la ZAD) est à venir, en attendant une affiche à coller partout, à l’occasion des journées mondiales contre les projets inutiles et imposés:6_7_12_affiche_TestetPas mal de manifs en lien avec ces journées :
à Chambéry le samedi 6, 14 devant la Préfecture (No TAV France)
-les copains et copines  de Gap organisent aussi un rassemblement, tract et affiche ci-dessous :affiche 2

Et pour le reste, pensez à consulter la page Agenda, avec les RVs d’ici et d’ailleurs…en attendant la soirée de soutien de samedi prochain.

affiche soirée sivens 2_affiche soirée sivens


Un conseil citoyen s’est monté pour rédiger un rapport sur les violences et les irrégularités des soldats à Sivens. Il est composé notamment de la LDH, FNE et UNEF. Ils recueillent les témoignages, potentiellement confidentiels, par oral :

  • samedi 13 décembre (date changée le 1er décembre).

Prendre rendez-vous au 06 31 10 05 28. Possibilité également par écrit.


 

On reçoit des textes , liens et articles en lien avec notre lutte :

 

 

Chorales de la ZAD du Testet

Garde la paix, composition originale par l’auteure (bon, je sais, ça penche, mais non, en fait, c’est le monde qui est de travers !)

Accords de guitare de « Garde la paix ».

Les trois vidéos suivantes ont été enregistrées le 10 novembre 2014 sur les bords du Tescou, dans un rayon de soleil.

Garde la paix, composition originale, textes ici

Allez les gars

Tomber des nues, Zebda, textes ici