SOLIDARITÉ ZAD TESTET : POUR CELLES ET CEUX QUI NE PEUVENT PAS VENIR

Reçu le 9 sept :

Suite à un échange avec certains d’entre vous, voici quelques idées intéressantes qui se dégagent pour que celles et ceux qui ne peuvent pas venir puisse tout de même manifester concrètement leur solidarité et contribuer à la résistance.

– Vous êtes loin, à l’autre bout de la France ou plus loin encore ?

1) Vous pouvez écrire un texte de soutien, un poème, faire un dessin, poster une vidéo, un sketch, une chanson… Nous serons heureux de découvrir et diffuser également de notre côté votre création originale. Exemple : https://www.youtube.com/watch?v=gE-LrAWU2o0

2) Vous pouvez organiser, là où vous vous trouvez, une action en solidarité avec ce qui se passe ici… Et faites-nous le savoir !

3) Vous pouvez écrire, téléphoner ou envoyer un courriel à tous les responsables politiques, économiques, techniques… dont la liste complète est ici : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/le-barrage/

– Vous êtes un peu loin, à l’autre bout du Tarn ?

1) Vous pouvez interpeller le conseiller général de votre canton ou, mieux encore, le président du Conseil général durant les nombreux déplacements (inaugurations, etc.) disponibles aisément sur le site du Conseil général et dans les médias locaux. Rappelez-lui, par exemple, sa folie précédente avec le barrage de fourogue : http://www.collectif-testet.org/actualite-219-destruction-symbolique-du-barrage-de-fourogue.html La dangerosité de ses bûcherons à l’égard de nos grimpeurs : https://www.youtube.com/watch?v=FRwce6e8570 La violence de ses gardes mobiles : http://www.reporterre.net/spip.php?article6252

2) Vous pouvez aussi lui faire connaître toutes sortes de noms d’oiseaux, vu que c’est un grand amoureux de la nature.

3) Si vous avez eu l’occasion d’en ramasser, vous pouvez lui montrer à quoi ressemblent les douilles des bombes lacrymogènes qu’il fait administrer à ses contradicteurs.

4) Vous pouvez également lui faire connaître toutes sortes de mets délicieux, vu que c’est un grand amateur de gastronomie (à nos frais), notamment les yaourts (à la grecque), les tomates bien mûres (c’est la saison) ou encore les œufs (qu’il serait dommage d’oublier au soleil 48 heures, car ils risqueraient d’être pourris et malodorants, ce qui ne serait pas gentil du tout vis-à-vis de d’un brave homme qui regrette certainement d’avoir à nous matraquer, gazer et flash-baller tous les jours ou presque, par l’intermédiaire des forces militaires qu’il fait déployer pour imposer sa volonté).

– Vous êtes sur Albi ou avez la possibilité d’y aller ?

1) Vous pouvez participer à l’occupation jour et nuit qui commence aujourd’hui devant le Conseil général à Albi : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/2014/09/09/appel-a-occupation-jour-et-nuit-devant-le-cg81-a-albi

2) Vous pouvez au moins passer voir les occupants, les soutenir et profiter que la ZAD s’invite désormais au centre d’Albi pour mieux la faire connaître à votre entourage.

– Vous n’êtes pas si loin, mais vous travaillez tous les jours ?

1) Ça tombe bien : nous manquons de monde tôt le matin, alors que les gardes-mobiles arrivent de plus en plus tôt. Beaucoup des défenseurs de la zone qui dorment à l’extérieur n’arrivent qu’à 7h ou 7h30 (pas tous bien heureusement !) ; il serait donc formidable d’avoir des personnes présentes dès 5h30 le matin, voir plus tôt (le collectif des Bouilles propose 5h), qui passeraient ensuite le relais en partant au boulot à d’autres personnes qui pourraient ainsi donner quant à elles leur matinée entière ou leur journée.

2) Vous pouvez camper à côté de (ou sur) la ZAD, par exemple du côté du lieu-dit Barat, au croisement de la D32 et de la D132, à 10 km de Gaillac. Vous aurez ainsi le sentiment de prolonger vos éventuelles vacances d’été et votre présence sera fortement utile.

3) Vous pouvez essayer de vous coucher plus tôt : y’a rien d’intéressant le soir à la télé (la journée non plus) et mieux vaut être acteurs de ce qui se fait de bien dans le monde que spectateur résigné de sa misère perpétuelle.

4) Les levers de soleil sur la forêt de Sivens sont magnifiques et le café partagé chaleureusement est délicieux !

– Vous vous demandez si ça sert encore à quelque chose ?

1) France Nature Environnement Midi-Pyrénées a obtenu du Tribunal de Toulouse qu’il avance la date de l’audience de notre recours suspensif commun au 15 septembre, au lieu du 26 initialement, c’est-à-dire non plus dans 17 jours, mais dans 6 jours. Même si la décision ne sera connue que dans les jours suivants, il faut tenir et bloquer la zone autant que possible jusque là.

2) Inutile d’espérer ou de désespérer, c’est-à-dire de spéculer sur le résultat de nos actes, autrement dit leur profit. Occupons-nous plutôt de chercher et de faire ce qui est juste, tout simplement. C’est-à-dire d’agir en conscience, pour l’intérêt général. Sans oublier Brecht : « celui qui combat peut perdre, celui qui ne combat pas a déjà perdu ». Faisons le maximum, ne lâchons rien et nous verrons bien.

– Vous vous demandez si cela n’est pas trop gourmand en efforts et en temps ?

1) Pensez à tou-te-s nos grévistes de la faim, dont certains depuis le 27 août (ainsi qu’au refus de Monsieur Carcenac de leur accorder une audience).

2) Pensez à tou-te-s nos enterré-e-s qui ont risqué leurs vies à l’entrée du chantier et qui ont réussi à bloquer ce dernier toute une journée ou presque.

3) Pensez à tous celles et ceux qui résistent et qui campent sur la zone depuis bien longtemps maintenant, dans le froid, puis la chaleur.

4) Pensez à ce que serait la vie si on n’avait plus qu’à choisir la couleur de ses pantoufles et la marque de sa télé, en se levant tous les jours à la même heure pour faire la même chose. La vraie vie est ailleurs. Elle est sur la ZAD. Elle est en solidarité avec la ZAD. Cette ZAD qui est partout. Comme la résistance et la création. Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent, nous rappelle le vieil Hugo. Alors vivons et défendons la vie contre les projets mortifères, dans le Tarn et partout ailleurs ! La ZAD du Testet, c’est maintenant ou jamais !

La vie commence maintenant.

YY

Publicités

23 réflexions au sujet de « SOLIDARITÉ ZAD TESTET : POUR CELLES ET CEUX QUI NE PEUVENT PAS VENIR »

    • bonsoir, pourrais-je savoir à quelle heure et quelle émission sur France inter est passé N. Mamère .Je suis mère et conjointe de zadistes , je ne suis pas sur la zad mais diffuse de chez moi (aveyron) et écrit des lettre dont une à Noël Mamère.

  1. je vis trop loin pour etre pret de vous je suis dans le puy de dome ,mais je vous adresse mon soutient pour cette juste cause je vous souhaite bon courage a vous tous copains copines et je partage tout sur la zad courage on lache rien bravo a vous tous (y)

  2. Les gars de la ZAD du Testet, je vous envoie mon soutien dans votre combat!
    Je suis a l autre bout du monde, et ca fait chaud au coeur de voir des gens se battre contre ce monde de plus en plus con.
    Votre demarche est belle, je vou soutient de tout mon coeur!

    Bravo

  3. Se battre pour une cause aussi pure aussi juste….. faut en avoir !!! Et vous en avez !! Soyez fiers ! Je vous envoie une tonne d energie et de courage. Bravo a vous tous ! Je vous soutiens du fond du coeur

  4. Le coup de vous enterrer j’ai trouvé ça très fort et courageux, bravo, merci de vous battre en particulier pour l’avenir de mon fils. Actuellement il m’est impossible de vous rejoindre mais si un jour ça le devient, je rappliquerai. De tout mon coeur avec vous, mon facebook est à votre image, à l’image du Testet, ainsi il vous soutient en permanence…

  5. bonjours militant du Testet ! même si j’ai entendu dire que le morale commençais a flancher ne lâchez rien ! vous gagnerez ce combat totalement inégale ! je sais pas ce que je peu faire de l’autre coté de la france mais en attendant de trouver je vous soutient du fond du cœur ! si ont peu faire quelque chose en Bretagne hésiter pas a demander ! ZAD PARTOUT !

    ZADISTEMENT

  6. de tout cœur avec vous, à la vitesse des chevaux, j’ai commencer la décroissance …je n’irai jamais si loin dans le sud, j’aime trop ma Bretagne, et sa ZAD contre l’aéroport… courage à vous !

  7. Bonsoir à tous,
    A 1 heure de la ZAD, on vient quand on peut mais pas autant que l’on voudrait, hélas. Obligée de rester à la maison pour le boulot toute la journée, j’en ai profité pour envoyer une petite bafouille au conseiller général de notre canton. Je vous en donne la primeur 🙂 C’est un peu long, excusez moi mais j’étais un tantinet énervée. Demain j’enverrai des courriers de la même teneur, personnalisés selon les individus, à toute la liste du cg81. Courage à vous, nous relayons toutes les infos du site des « bouilles » et du collectif via facebook, et je peux vous dire que beaucoup de personnes découvrant le pot aux roses, sont scandalisées et prêtes à relayer l’info et à la faire tourner.

    « Monsieur le Conseiller Général,

    Je vous écris pour vous faire part de mon indignation totale et de mon écoeurement quant à la tournure prise suite au projet de barrage de Sivens.
    Vous me connaissez, je ne suis pas une anarchiste, ni une bobo-écolo et encore moins une irresponsable (comme Thierry Carcenac qualifie les opposants), juste une paysanne qui travaille durement, une tarnaise qui aime son département. Depuis plus de 20 ans, je fais découvrir avec enthousiasme et passion les richesses patrimoniales et naturelles à mes hôtes du monde entier, qui repartent émerveillés devant l’étendue des beautés du Tarn.
    Je soutiens le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet depuis ses débuts et je connais bien les éléments du dossier. Je vous fais grâce des détails, vous connaissez le projet également puisque vous avez voté avec vos 44 autres collègues pour la réalisation de ce projet inutile, coûteux et favorisant les intérêts de la CACG, FNSEA et autres sociétés qui viendront se « goinfrer » au passage.
    Ce qui est grave et qui m’indigne, outre l’absence de dialogue sur laquelle nous reviendrons, c’est la manière dont le Président du Conseil Général et la Préfecture ont choisi de traiter le « problème ».
    Dans la patrie de Jean Jaurès, envoyer le GIGN, la garde mobile et les PSIG face à des opposants déterminés mais pacifiques me paraît le comble de la provocation. La répression policière brutale est la seule réponse de Thierry Carcenac à nos demandes légitimes (instaurer un véritable débat public, stopper les travaux de déboisement en attendant que la justice se soit prononcée sur les 4 recours qui ont été déposés). L’obstination dont il fait preuve dépasse l’entendement.
    A ce jour, seuls 2 conseillers généraux, Roland Foissac et Jacques Pagès sont intervenus pour tenter de le persuader de dialoguer et de remettre à plat ce projet. Je m’étonne de votre silence et j’aurai apprécié que le conseiller général de mon canton, pour lequel j’ai à 2 reprises témoigné ma confiance en lui permettant d’être élu, prenne position et essaie de persuader Thierry Carcenac de stopper la répression. Vous n’avez même pas l’excuse d’être adhérent au parti socialiste !
    La manière dont le Conseil Général et la Préfecture gère cette crise donne une image peu reluisante du Tarn : absence de démocratie, carnage sur un site touristique d’intérêt majeur au niveau de la faune et de la flore, conflits d’intérêts multiples, passage en force malgré les nombreux avis défavorables, incohérence dans la politique menée pour préserver la biodiversité, actions entreprises en toute illégalité (voir le barrage de Fourorgue sur la Vère qui a été déclaré illégal par la cour d’appel administrative de Bordeaux en 1999 alors qu’encore une fois Thierry Carcenac s’était précipité pour le réaliser en 1997. Son argument aujourd’hui est que le barrage n’existe pas !!! et pour légaliser son existence, il planifiera une enquête publique en 2015).
    On marche sur la tête ! Mais surtout on laisse un seul homme accomplir ce que bon lui semble, sans qu’il tienne compte des avis des personnes (l’avis de Ségolène Royal de dimanche soir, il s’assoie dessus) ou des institutions (les recours déposés devant les tribunaux, même s’ils n’étaient pas suspensifs, auraient du l’inciter à temporiser ; avis défavorables du CSRPN, du CNPN, de l’ONEMA!!!!).
    Je vous rappelle qu’en novembre 2012, la commission d’enquête publique a donné un avis favorable au « projet de déclaration d’utilité publique de la réalisation de la retenue de Sivens » mais assorti de plusieurs réserves dont celle-ci :
    « Compte-tenu de l’importance de la destruction de la zone humide du Testet liée à la réalisation de la digue, la commission d’enquête considère que la déclaration d’utilité publique doit rester subordonnée à l’avis favorable de la commission nationale saisie de la demande de dérogation relative à la destruction d’espèces faunistiques et floristiques protégées ». Or, le CNPN ayant émis un avis défavorable, cette réserve de la commission d’enquête n’est pas levée. En conséquence, et du fait d’un avis clairement défavorable de la grande majorité des experts consultés au niveau régional comme national, la Préfète, n’aurait pas du signer d’arrêtés de déclaration d’utilité publique et d’intérêt général autorisant la réalisation de la retenue de Sivens.
    Qu’attendez-vous pour vous désolidarisez publiquement de quelqu’un qui ne respecte pas les règles élémentaires de la démocratie ?
    Il y a plus d’un an, en avril 2013, le collectif écrivait à la Préfète ces mots : « Afin d’éviter d’attiser des tensions inutiles, nous vous invitons donc à favoriser un processus de concertation, entre tous les acteurs concernés, ayant pour objectif d’identifier les solutions satisfaisantes pour une agriculture réellement durable sur le bassin du Tescou. »  Nous voici en septembre 2014, dans une telle impasse qui a vu se radicaliser les deux parties, qu’on peut parler d’un véritable gachis ! Si un accident survient sur les zones d’affrontement, ce que je redoute, que se passera t-il ?

    Comment peut-on cautionner l’idée d’ « exemplarité » d’un tel projet ?
    La compensation évoquée par Thierry Carcenac est un leurre et une énième entourloupe. Pourquoi ?
    La réalisation du projet entrainera directement, par ennoiement, la destruction de 12.7 ha de zones humides et indirectement, du fait de la création du barrage, la perte de fonctionnalité de 5,4 ha ». L’étude d’impact du projet a montré que la zone humide du Testet « fait certainement partie des zones humides majeures du département du point de vue de la biodiversité» notamment du fait que le site est caractérisé par la présence d’au moins 94 espèces animales protégées.
    Dans son avis en décembre 2012, le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) citent « des mesures compensatoires présentant un caractère hypothétique, voire inadéquat, notamment celles relatives à la restauration des zones humides ». Le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) a présenté la même analyse dans ses 2 avis défavorables en 2013.
    Dans son rapport « Evaluation du Plan National d’action pour les zones humides 2012-2013 (PNZH) », le Conseil Général de l’environnement et du développement durable (CGEDD, organisme ministériel) souligne : « D’une manière générale, les études disponibles convergent pour souligner la difficulté d’une mise en œuvre efficace et équitable de la compensation, celle-ci devant toujours être considérée comme un pis-aller ».
    Les 19.5 ha de zones compensatoires sont réparties en 9 zones éclatées sur les masses d’eau du Tescou et du Tescounet. Le CG 81 s’est donc contenté de respecter le coefficient de compensation légal de 1.5 : 13 ha détruits X 1.5 = 19.5 ha pour la compensation. Ceci est en contradiction avec les coefficients de compensation indiqués dans sa propre note de cadrage d’avril 2011.
    Que pensez-vous de la politique incohérente menée par le conseil général vis à vis du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc ? D’un côté, le PNR encourage les agriculteurs à préserver la biodiversité dans les prairies naturelles, en mettant en valeur l’agriculture extensive, ce qui est tout à fait en phase avec le gouvernement qui encourage l’agro-écologie et qui ne souhaite pas que les financements publics servent à l’agriculture intensive. De l’autre côté, le barrage de Sivens contribue à son contraire (disparition de 29 hectares de zones boisées, destruction de la zone humide et de ses 94 espèces animales protégées). Monsieur Daniel Vialelle est ainsi conseiller général et président du PNR, cherchez l’erreur !
    Avez-vous eu l’occasion de venir sur le terrain, avez-vous visualisé la zone humide que vous projetez d’engloutir, en avez-vous apprécié la beauté, le potentiel touristique et pédagogique ? Personnellement, je m’y suis rendue à plusieurs reprises avec un naturaliste et botaniste et je ne peux pas me résoudre à voir cette zone disparaître et en proie au carnage organisé par le Conseil général.
    Sur le plan financier, comment expliquerez-vous à l’ensemble des contribuables pourquoi les impôts augmenteront ? Malgré les financements par l’Europe, l’Etat, la Région, le département du Tarn particpera à hauteur de 840 000 € pour la réalisation de ce barrage, ensuite l’entretien annuel de cet ouvrage coûtera très cher (on évoque des chiffres oscillant entre 100 000 et 360 000 € c’est-à dire tout et n’importe quoi et qui me fait douter du sérieux des études !) pour une petite poignée de bénéficiaires. Pensez-vous que les contribuables peuvent encore être ponctionnés davantage alors que beaucoup de ménages sont au bord de l’asphyxie ? Sur le plan fiscal, l’Etat exige des français l’exemplarité, aussi on ne s’étonnera pas que les français et les tarnais en particuleier, exigent de leur côté que les projets coûteux soient eux-mêmes exemplaires et réclament des comptes.
    Vous trouverez mes propos très rudes, politiquement très incorrects et ils le sont, j’en suis bien consciente, mais la situation inextricable dans laquelle nous sommes, m’oblige à le faire. Je vous serai reconnaissante si par votre action, vous parveniez à faire entendre raison au Président du Conseil Général.
    Néanmoins, je vous prie d’agréer, monsieur le Conseiller Général, mes respectueuses salutations »

  8. Salut à vous.J’ai copier coller la précédente lettre et envoyé sur le dite facebook du département du Tarn.J’ai regardé dans le site des zones humides du département ,ou nous pouvons inscrire de nouvelles zones humides,sisi je vous jure c’est un de leur poste.J(ai écrit qu’ils détruisaient assassinaient la forêt ,concluant pauvre Jaurès.Voila je suis à pied depuis la haite savoie c’est loin j’attends toujours un tranport pour vous rejoindre.Soyez forts et fortes Salut à vous

    • J’ai repris la lettre ouverte à T. Carcenac envoyée par des élus, et je l’ai postée à tous les conseillers généraux du Tarn :

      La zone humide du Testet, refuge de biodiversité, est menacée de destruction par le projet de barrage sur la zone humide du Testet en forêt de Sivens.

      Un projet que vous avez décidé de passer en force pour irriguer l’agriculture intensive du département, contre l’avis de l’enquête publique, des associations d’expertises naturalistes, et de l’ONEMA (Office Nationale de l’Eau et des Milieux Aquatiques). Des recours juridiques sont toujours en cours mais le déboisement que vous avez autorisé dès le 1er septembre ne cesse d’accélérer la destruction de cette zone et ce, de manière irréversible.
      L’opposition de citoyen-ne-s et d’élu-e-s s’exprime depuis plusieurs mois dans toute la région et même au-delà. La mobilisation pacifique fait l’objet d’une répression violente de la part des forces de l’ordre.
      Dimanche dernier, plus de 1 200 personnes se sont réunies sur la zone et ont pu constater les dégâts causés par les abatteuses et les bûcherons.
      Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, a rappelé que « les instructions du Ministère de l’Ecologie en matière de barrage sont d’encourager les retenues de substitution à condition de ne pas encourager l’agriculture intensive » et a missionné des experts pour évaluer le projet.
      Moi, citoyenne de Midi-Pyrénées, demande que cessent ces violences incompréhensibles à l’égard des opposants au projet de barrage et qu’un moratoire soit décidé sur le projet avec l’arrêt immédiat du déboisement.

  9. bonjour à tous,
    parmi les nombreux mails envoyés, voici une réponse que j’ai reçu et le mail que j’ai envoyé
    plein de courage et je continue derrière le clavier
    Milbiz
    corinne
    Bonjour,
    Merci de l’intérêt que vous portez à France Inter.
    Nous avons pris note de votre message et l’avons transmis à la rédaction.
    Bien cordialement,
    Henri
    Service des Relations Auditeurs
    Téléphone 01 56 40 14 14
    http://www.franceinter.fr/

    Envoyé : mardi 9 septembre 2014 11:37
    À : Auditeurs Inter
    Objet : violences policière sur la ZAD du testet
    bonjour,
    je suis mère et conjointe de zadistes qui sont face aux force de l’ordre quotidiennement sur le site du projet de barrage du Testet dans le Tarn. Mon fils essaie de contrer les bûcherons en occupant les arbres, souvent perché à plus de 8m avec les tronçonneuse de toutes parts et mon conjoint en est à son 14ème jour de grève de la faim pour obtenir un moratoire et un débat public auprès du conseil général. Tous deux comme de nombreux autres , mettent leur vie en danger pour sauver cette terre Hier suite au pique-nique de dimanche, la mobilisation était importante, et a pu ainsi freiner la rentrée des bull sur le site jusqu’à 16h. Beaucoup de médias étaient présents, mais dés qu’ils sont partis, les gendarmes ont chargé, cinq jeunes enterrés jusqu’aux épaules pour empêcher l’avancement des travaux ont été molestées, gazés les machines sont rentrées et ont fait leur désastre pendant deux heures. Mon conjoint, avec une pancarte autour du coup gréviste de la faim, a été tabassé et interpellé pour rien. tous ces gens sont des pacifistes et face à eux des force de l’ordre (on devrait plutôt dire du désordre) avec bombe lacrymo, flashball et tonfa et s’en servent .La ministre de l’écologie devrait faire arrêter ce massacre, tant écologique qu’humain, c’est inadmissible. Moi, qui ne peut être sur le site essaie de diffuser l’information avec mes moyens, c’est pourquoi je vous écris et vous demande s’il serait possible d’en parler quotidiennement dans votre journal.Je vis en Aveyron, dans la forêt au milieu de la nature et suis désespérée de voir que la dernière zone humide ,endroit préservé du tarn,est en train d’être saccagée pour les intérêts d’un petit nombre.

    En espérant que vous pourrez donner une suite favorable à ma demande, et espérant aussi qu’il n’y ai pas de mort

    cordialement

    Corinne
    des vidéo circulent notamment sur networkvisio toulouse très instructives, et youtube
    et sur le site tant qu’il y aura des bouilles, photos et infos quotidiennes

  10. désolé de ne pas pouvoir venir lutter avec vous mais je suis de tout coeur avec vous!bravo pour votre courage et détermination!ne pas lacher prise face à ces gros pleins de fric qui en veulent toujours plus et crachent sur les vrais valeurs de la vie!merci à tous les warriors!

  11. De mon salon de l’autre côté de la France je me sent impuissante, mais je vous adresse tout mon soutien, en espérant vivement que vous réussirez à préserver cette zone !
    Merci à vous tous de ne pas baisser les bras et de résister, vous êtes tellement précieux et la majorité ne s’en rend pas compte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s